Archives par mot-clé : Arbres

Les images ont parlé ! Mais qu’attendent-ils ?

Vous deviez deviner pourquoi ces gens attendaient sous un arbre1. Les différents indices donnés par la devinette (à (re)voir ici) convergeaient vers des châtaigniers et des marronniers à Paris et en région parisienne. La dernière image évoquait le printemps et comportait la date du 20 mars. Continuer la lecture de Les images ont parlé ! Mais qu’attendent-ils ?

  1. Vous retrouverez cette image ici dans Gallica. La légende – que nous ne pouvions vous donner dans la devinette ! – est : « Marronnier du 20 mars. – Le gendarme : eh ! le marronnier ? Sortez donc vos feuilles d’identité ? S.V.P. ? ». []

Les images ont parlé ! Où pouvait-on déjeuner dans un arbre au XIXe siècle ?

Vous disposiez de plusieurs indices pour retrouver où l’on pouvait déjeuner dans un arbre au XIXe siècle. Une image extraite d’une affiche (que vous voyez désormais  en entier ci-dessous) suggérait que l’arbre en question se trouvait non loin de Sceaux et des Vaux-de-Cernay, et une photographie montrait un panneau  indiquant « le grand arbre ». Nous  précisions également que la cabane portait le nom d’un ouvrage à la mode et vous suggérions de trouver une rime en « son » :

Sous la feuille où la nappe est mise
Court un harmonieux frisson,
Idylle que chante la brise
Aux amoureux de [???]

Chemin de Fer d’Orléans. Paris à Sceaux & Limours. Tour de Chevreuse, Robinson, Vaux de Cernay… : [affiche]. Imp. F. Champenois (Paris), 1892. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Les images ont parlé ! Où pouvait-on déjeuner dans un arbre au XIXe siècle ?

Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France.

Du poirier familier au mythique arbre à baume (fig.1), en passant par l’exotique grenadier ou le figuier fertile, de nombreuses essences d’arbres peuplent les pages des herbiers médiévaux1.

Mais qu’est-ce qu’un arbre dans le savoir médiéval ? Comment définir cette catégorie du monde végétal, et quelles sont les plantes qui y appartiennent ? Ces questions, auxquelles les botanistes actuels n’ont toujours pas donné de réponse définitive, taraudent déjà les naturalistes médiévaux. Les longues listes de plantes dressées dans les ouvrages scientifiques sont structurées selon des logiques internes qui reposent sur l’emploi de la nomenclature. Le monde végétal est scindé en deux grandes catégories que sont les arbres (arbor) d’une part et les herbes (herba) de l’autre. À cette distinction fondamentale s’ajoutent les arbustes (arbustum), arbrisseaux (frutex) et autres buissons. Déterminer ce qui relève de telle ou telle catégorie constitue néanmoins un enjeu de taille. Continuer la lecture de Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France.

  1. Nous employons ici le terme herbier dans une acception bien précise, celle qui désigne tout livre de pharmacopée évoquant des plantes, leurs caractéristiques et leurs vertus thérapeutiques. Il s’agit d’ouvrages énumérant des simples, ces produits végétaux, minéraux et animaux utilisés en médecine dans leur état naturel, sans qu’ils n’aient été mêlés à d’autres substances. []

Alice Laforêt

Archiviste paléographe et conservatrice stagiaire des bibliothèques.

More Posts

Follow Me:
Twitter