Archives par mot-clé : cochères

Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie III)

Dans le précédent billet, nous avons vu que la période allant de la réception de deux premières femmes cochères au renoncement de plusieurs d’entre elles à cette profession correspondait étroitement au temps du Carnaval parisien. D’autres constats sont tout aussi étonnants : une mystérieuse comtesse devenue cochère publie ses souvenirs un mois à peine après ses débuts, et se voit bientôt intenter un procès par un comique auquel elle aurait refusé de prêter son costume de cochère. Une autre conductrice se serait disputée avec son mari au moment-même où passait un photographe, lequel se serait empressé d’immortaliser la scène …!

=> cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

 

Le brelan de cochères

Un bien curieux article de L’Evènement raconte en septembre 1907 la rencontre de cinq cochères à un croisement, à une période où les femmes cochers sont censées n’être déjà plus qu’une vingtaine dans Paris (voir billet précédent)…

Cinq heures du soir. Au coin de la rue Drouot et des Boulevards.

Le brigadier, qui préside avec toute l’autorité qu’on lui connaît à la régularité, — combien irrégulière, parfois ! — de la circulation sur notre plus grande artère, vient de lancer dans l’air, la note stridente de son sifflet officiel. L’agent, d’un geste grave, a levé son bâton blanc, et voilà soudain la longue théorie des véhicules de tout genre, vulgaires sapins, voitures de maîtres, auto-taxis, qui s’arrête.

Et du coup l’on assiste à un spectacle curieux. Toutes les têtes se lèvent. Des chuchotements dans la foule. Qu’arrive-t- il ? Est-ce un souverain exotique qui passe ? Le Président du Libéria qui vient, ou la reine Ranavalo qui s’en va ? — Point.

C’est uniquement l’effet produit par messire Hasard, ce grand maître des choses. Il s’est complu à « épater » les Parisiens et ceux qui ne le sont pas : il a groupé incidemment cinq femmes cochères. — oui, ma chère ! — cinq automédons femelles, qui attendent anxieusement que le bâton du gardien de la paix s’abaisse, pour continuer à marcher.

Sacré bâton, va, qui arrête les femmes sur leur route !…

Et elles se regardent… Elles se regardent de travers… Elles se demandent si c’est bien arrivé, et elles ne peuvent s’empêcher de rire, en se regardant.

Petit tableau bien parisien, qu’il n’est donné d’admirer, même par hasard, dans aucune autre ville du monde1.

Ce brelan ne serait-il pas le souvenir de cinq cochères dont on a particulièrement parlé (voir billet précédent), réunies par exemple  dans un article de L’Illustration du 2  mars 1907 ? Une photographie propose dans son premier plan Eugénie Charnier et Clémentine Dufaut, debout, dans de larges et peu seyants vêtements fonctionnels2. Eugénie Charnier porte la houppelande classique des cochers avec ses gros boutons dorés.  Elles semblent toutes deux tristes, voire irritées. Au second plan, assises sur les sièges de leurs voitures, Marie Moser et Inès Decourcelle croisent leurs fouets, formant un triangle qui encadre la silhouette de Marie Lutgen.  Ces dernières portent des tenues plus coquettes, sans doute « l’uniforme adopté par les cochères », vendu à la Samaritaine composé d’une  « petite jupe bleue, fendue genre cycliste », et d’un « manteau court3 », qui aurait été inventé par des dessinateurs de costumes de théâtre… L’attitude du trio n’est pas morose, à défaut d’être très souriante. La composition, très travaillée, est selon le journal vouée à montrer « réunies en un groupe solidaire,  ces vaillantes novatrices, ces héroïnes de la ‘première prise de fouet’, en février de l’an 19074 ». En réalité, elle met surtout en avant cinq femmes qui ont été médiatisées, de manière plus ou moins consentie et pour des raisons différentes : d’où l’opposition entre un duo sévère et un trio plus primesautier.

Eugénie Charnier (1882-1966) et Clémentine Marguerite Joly-Pottuz (1880-1932), épouse Dufaut5,  ont une position sociale et des désirs qui semblent rassurer le jury comme les journalistes.

 

« Les Femmes Cochers à Paris« , Le Voleur illustré, 24 mars 1907. Gallica (BnF).

La première raconte qu’elle conduit depuis ses treize ans la voiture qui lui permet de livrer le lait entre Montreuil-sous-Bois et Paris. La seconde est femme de cocher : Alfred Dufaut assiste aux épreuves des examens de conduite, et dans les premiers temps reste auprès de son épouse pour l’aider dans les situations techniques éventuellement difficiles (c’est du moins ce qu’il affirme …). Selon la presse, les examinateurs laissent entendre que le physique imposant d’Eugénie et Clémentine, en plus de leur aptitude à conduire, n’est pas étranger à leur admission. Les deux cochères ont d’abord postulé à l’Urbaine, une des grandes compagnies parisiennes, mais la compagnie aurait  refusé devant la menace de grève6 de ses cochers, et/ou aurait demandé un cautionnement de 70 francs7. Les deux femmes sont alors recrutées par le loueur Albert Rabier8 qui ne leur aurait pas demandé de cautionnement et leur adjoint son cocher personnel lors de leur première sortie officieuse (voir billet précédent) en février, au cours de laquelle des agents de sûreté sont également présents9, de crainte de débordements.  En réalité, lors de leurs premières sorties, il pleut et les températures sont hivernales, d’où les chaudes tenues qu’elles adoptent. Si le loueur n’est sans doute pas indifférent à la publicité que lui procure la première sortie des cochères à partir de son dépôt de la rue Amelot, il semble avoir été convaincu de l’importance de l’ouverture de la profession aux femmes. Dès le 20 février, alors que les deux femmes viennent de se faire insulter dans Paris par un jeune collègue qu’elles ont traîné au poste derechef, Rabier déclare :

Les femmes-cochers sont bien décidées à se faire respecter, car aussi bien que les hommes elles ont le droit de travailler. Leur attitude est correcte et nul ne peut trouver à y redire d’ailleurs, la police ne manquera pas d’intervenir chaque fois qu’un incident de ce genre se produira et celui qui les insultera se verra aussitôt puni d’une contravention10.

Et à un journaliste qui suggère en avril que le « métier est dangereux pour leur santé », le loueur répond  avec un implacable humour : « Au contraire.  Alors, les femmes ne pourraient plus monter en voiture ! Ça doit être des cochers qui disent ça pour dégoûter les femmes de monter sur le siège11 ».

Eugénie Charnier, Clémentine Dufaut et Albert Rabier ont été sollicités régulièrement par les journaux lors des premières journées de travail des deux femmes. Plus encore, la presse paraît avoir même sponsorisé et organisé les débuts des cochères. Le Temps révèle que le cautionnement « aurait été fourni gracieusement par un de nos confrères12 ».  Selon le Gil Blas, des « journaux ont promis une prime à la première femme qui conduirait une voiture dans Paris. M. Duffaut [sic], qui est cocher à l’Urbaine n’a point voulu perdre l’occasion et a conseillé à sa courageuse moitié de faire ce sensationnel début13 ».

La bataille est en effet rude entre les feuilles qui veulent être les premières à présenter les cochères. Ainsi Le Petit Parisien titre à tort le 4 janvier sur  « la première femme cocher » : Madame Dufaut a seulement satisfait à l’épreuve théorique … mais Le Petit Parisien a misé de longue date sur elle, l’interrogeant dès le 12 novembre 190614. Si Eugénie ne suscite pas durablement l’intérêt des journaux, il n’en est pas de même pour Clémentine qui semble  volontiers poser pour les photographes et répondre aux journalistes. Sollicitée comme cochère pour un mariage, elle met « de la fleur d’oranger partout à son corsage, à son fouet… et aux oreilles de Lisette15 » !

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

 

Elle et son mari semblent d’ailleurs avoir contribué à la surenchère médiatique. Ainsi, une dispute conjugale se produit comme par hasard au 94 rue Amelot, attirant non seulement d’après les journaux la foule, un policier … mais aussi des photographes !  L’examen attentif des illustrations (voir plus haut) ne laisse guère de doute sur le fait qu’il s’agit de scènes fabriquées de toutes pièces, a priori ou a posteriori. Les journaux se régalent :

M. et Mme Dufaut furent priés de venir s’expliquer au poste. C’est là, devant le brigadier de service, que la première cochère de France déclara :

— J’avais deux ambitions : d’abord, être cochère ; cela s’est fait. Ensuite, divorcer ; cela se fera…

Mme Dufaut fera décidément fort bien dans les revues de fin d’année16 …

Ainsi, la première femme-cocher, Mme Dufaut, ne portera bientôt plus ce nom.

Ayant obtenu son permis de conduire une voiture dans Paris, ce qui lui a procuré une source sûre de bénéfices, elle s’est décidée à quitter le domicile conjugal, 115, rue de l’Ouest.

Conséquence de l’émancipation féminine17!

Le sourire (pour une fois !) de Madame Dufaut sur les photographies censées montrer une dispute et les propos qu’on lui prête, la présence constante et active de son mari, attestent d’une volonté de participer à une farce médiatique autour des cochères, sans doute dans un but financier, leur situation étant précaire comme ils s’en ouvrent dans plusieurs journaux.

Weal, « Des mots », Chronique amusante, 2 mai 1907. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. Cote : FOL-LC13-347.

Mais le sort de Madame Dufaut – hormis lorsqu’on apprend qu’elle cesse d’être cochère en raison d’un heureux événement (voir billet précédent) – n’intéresse bientôt plus les journaux désormais occupés par ses collègues dont l’histoire les captive davantage.

Les Valentine

Un autre loueur, M. Valentin, semble avoir en effet flairé l’aubaine. Il recrute parmi les nouvelles cochères des recrues qui font beaucoup parler d’elles :   Inès Samuel (1877-1913) épouse Lefèvre, dite Decourcelle, du nom de son premier mari18 ; Marie  ? (vers 1876 – ?) épouse Moser19; Marie Anssart (1870-1916), épouse  Lutgen, appelée aussi comtesse du Pin de La Guérivière du nom de son premier mari (voir plus  loin). Le loueur Valentin a le sens de la publicité, et le nom de sa compagnie apparaît bien en évidence sur les fiacres des cartes postales.  Par intérêt, ou par conviction, il engage également Marcelline Vaillant. Très discrète, celle-ci a un engagement dans la Ligue de protection du cheval. En 1912, lorsque le journal Excelsior distribue des primes aux « bons cochers » pour la protection des animaux, Marcelline et son loueur ont les honneurs :

Mlle Marcelline Vaillant, membre de la Ligue de protection du cheval, employée de M. Valentin — le loueur de voitures qui nous avait remis une somme de 50 francs — avait tous les droits à notre prime. Elle conduit les mêmes chevaux depuis cinq ans et ils sont tous admirablement soignés.

Le deuxième cocher récompensé fut le n° 8107, des « Paulines», lauréat déjà de la S. P. A. Puis un autre cocher de la compagnie Valentin, le n° 592420.

Toutes les Valentine n’ont pas la discrétion de Marcelline. Si l’ex comtesse est la plus connue, Inès Decourcelle et Marie Moser font également parler d’elles. Inès Decourcelle sera en effet la première femme cochère obtenant le droit de conduire également une automobile en 1908, ce qui entraînera certains journaux à lui décerner à tort le titre de « première femme-taxi21».

Mon Dimanche, 20 octobre 1907. Gallica (BnF).

Avec Eugénie et Clémentine, nous avons vu les efforts de femmes issues de milieux modestes qui tentent de devenir conductrices parce qu’elles connaissent déjà le monde des cochers. Avec Inès, nous découvrons un autre univers, commun à bon nombre de cochers parisiens, qui est celui du déclassement social et familial22. Sa famille paternelle23 est une famille commerçante, mais sa mère abandonne mari et enfants alors qu’Inès a 4 ans. Lingère, elle se marie à 18 ans avec un marchand des quatre saisons et travaille à son tour aux Halles pendant une dizaine d’années. Veuve, devenue journalière tout comme son père et son nouveau mari, elle décide d’obtenir les deux permis de conduire. De ces différents éléments, auxquels elle semble mélanger des bribes de la vie de l’ex-comtesse, elle tire un récit, Les aventures de la cochère racontées par elle-même, à l’automne 1907 (à lire ici) dont un des traits saillants est un goût prononcé pour le charivari et la parodie, notamment lorsqu’elle raconte le discours qu’elle aurait tenu à des féministes qui l’avaient invitée… Il n’est donc pas surprenant de la retrouver parmi les femmes cochères qui défilent au moment de différentes fêtes de Carnaval (voir billet précédent).

L’amour des bêtes

Les journalistes traquent toutes les preuves d’affection des cochères pour leurs bêtes, certes avec parfois le présupposé que les femmes seraient plus enclines à pomponner et flatter les chevaux qu’à savoir les conduire. En effet, elles ont pu postuler au concours grâce à la préparation délivrée à l’École des cochers, laquelle a été mise en place par la Société l' »« Assistance aux animaux » afin que les chevaux cessent d’être martyrisés dans les rues. Le secrétaire général de l’Assistance aux animaux (dissidente de la Société protectrice des Animaux) est aussi le fondateur et le principal professeur à l’École : il s’agit de M. Lépinay dont les propos (voir ici) laissent à penser qu’il est loin de militer pour l’égalité hommes-femmes puisque son ambition serait surtout que les cochères puissent aider leurs maris dans les soins aux chevaux, lorsque les cochers ne dépendent pas de sociétés de louage et travaillent à titre personnel.  Eugénie  et Clémentine le remercient lors de leur sortie initiale en lui réservant leur première visite avant de rencontrer ministres et députés aux ministères de l’agriculture, du commerce et de l’intérieur24. En mai 1907, Le Radical croit savoir que sur 18 femmes-cochers, trois sont adhérentes de cette Société d’assistance aux animaux25. Pour certains commentateurs, cette appartenance devrait fournir aux cochères une clientèle supplémentaire …

La clientèle féminine n’est-elle pas acquise d’avance à nos « cochères », et leurs fiacres ne seront-ils pas choisis de préférence par les dames seules, les mères de familles accompagnées de leurs enfants, qui redoutent les cochers bourrus. Et comme la boutonnière de leur houppelande sera ornée de l’insigne de la Société protectrice des animaux, tous les amis des bêtes se feront véhiculer par leurs taximètres26.

Lors de leur première visite au loueur Rabier, selon Le Petit Journal, Clémentine et Eugénie s’intéressent davantage  aux animaux qu’au fonctionnement du taximètre27

Pourvu qu’on me donne un bon cheval ! soupire Mme Dufaut. Oh ! en voilà un qui est « bath ». Je voudrais bien l’avoir, celui-là.
— Moi, j’aimerais mieux l’autre à côté, s’écrie Mlle Charnier. Il est joli comme un amour.
Et comme le palefrenier qui tient la bête  sourit gracieusement, feignant qu’il s’agit de lui, Mlle Charnier le foudroie du regard28.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Il est d’ailleurs intéressant de constater que ces chevaux, bien traités par des femmes, se mettent à parler ! L’un d’eux  dénonce  le sexisme des cochers à l’encontre de leurs collègues féminines29. La  jument de Madame Duffaut [sic] serait quant à elle déclassée, devenue cheval de fiacre dans sa vieillesse et indifférente au genre de la personne qui la conduit30. Quant à la comtesse, elle dialogue régulièrement avec sa jument, dont elle considère la philosophie bien supérieure à celle des hommes (voir plus bas). Elle reçoit dès 1917 une récompense de l’Assistance aux animaux.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Le thème de la souffrance des chevaux dans les rues de Paris est par ailleurs un thème qui intéresse  les caricaturistes. L’Assiette au beurre a publié deux ans plus tôt (1905) un numéro intitulé « Misère du cheval ». Sur des idées et des croquis de Nadar31, alors âgé de 85 ans, Steinlen et Roubille dénoncent les mauvais traitements infligés aux chevaux32.

L’ex-comtesse du Pin de la Guérivière

Si Clémentine Dufaut se laisse peut-être entraîner à surjouer une dispute dans un couple de cochers, il est certain que Marie Lutgen tente de profiter le plus possible de l’occasion qui lui est donnée de se faire connaître. Comme Inès Decourcelle, Marie souffre d’un réel déclassement social 33. S’il est vrai qu’elle a épousé un comte, issu de la noblesse poitevine, et qu’en quelques années son mari puis  ses propres parents ont fait faillite suite à de mauvais placements, elle semble avoir exagéré la richesse des uns et des autres dans ses récits. Elle passe aussi un certain nombre d’événements sous silence, comme son divorce qui entérine une situation compliquée puisqu’elle a déjà eu un enfant reconnu par son futur second mari. Enfin, elle arrange habilement les différents événements à son avantage, se présentant par exemple comme la nièce du chanteur-compositeur Théodore Botrel, lequel est en réalité le mari d’une tante paternelle de son second mari 34, et ne prononçant jamais le mot de divorce à propos du comte du Pin de la Guérivière.

Ce moment de bascule a peut-être lieu en novembre 1906 lorsqu’elle s’inscrit à l’École des cochers et décide d’intéresser la presse à son sort. L’évocation de son ancien nom retient l’attention des journalistes qui multiplient désormais les sous-entendus égrillards sur ce déclassement et leur jouissance d’être conduits en voiture par une (ex)comtesse.

« Comtesse du fouet« , Le Matin, 18 novembre 1906. Gallica (BnF).

Les débuts de la « comtesse cochère » éclipsent ceux d’Eugénie et de Clémentine. Marie Lutgen a soigné sa tenue, décoré sa voiture et son cheval, la jument Olga, demi-pur sang. C’est désormais dans son fiacre que veulent monter les clients, parfois pour le simple plaisir de se gausser de ses déboires. Elle semble pourtant apprécier les premiers jours son nouveau métier, indiquant aux journalistes que  son mari a été recruté comme comptable par le loueur Valentin, et qu’ils peuvent désormais payer une bonne pour s’occuper de leur fils. Pourtant,  après une douzaine de jours de courses, elle cesse son activité et fait très vite paraître une série sur ses souvenirs de cochère dans Le Matin. Même si quelques journaux35 se moquent de son style et de ses propos, notamment à cause de la mise en scène de son déclassement et de propos décousus, la comtesse offre une analyse intéressante des débuts des cochères.  « La Vie à grandes guides – notes et souvenirs de la comtesse cochère » s’ouvre le 31 mars par un vibrant plaidoyer en faveur du travail des femmes. Marie Lutgen indique qu’une doctoresse (!) lui a prescrit du repos suite à un accident professionnel, précise que son accident est lié à la malveillance masculine et défend fermement l’accès des femmes au métier de cocher :

Quoi ? Comment ? Vous prétendez que la profession de cocher est trop pénible pour convenir aux femmes ? Vraiment, c’est se
moquer du monde Et les femmes qui « triment » dans les manufactures ? Et celles qui poussent les chariots dans les mines ? Est-ce qu’elles n’ont pas un métier pénible, celles-là ? Commencez par vous occuper d’elles avant de vous apitoyer hypocritement sur notre sort.

Encore, n’ai-je rien dit de certains travaux à domicile, auxquels tant de pauvres filles sont réduites par la misère, travaux forcés
du plaisir, dernière forme de l’esclavage. À tout prendre, s’il faut travailler dans la rue, j’aime encore mieux le faire sur la chaussée que sur le trottoir36.

Les deux feuilletons suivants37 racontent les épisodes de la mi-Carême et les persécutions dont sont victimes les cochères mais s’interrompent, sans explications, malgré la suite annoncée. En signant « Marie LUTGEN, cochère, ex-comtesse du Pin de la Guérivière », la rédactrice aurait-elle indisposé son ex-mari et la famille de celui-ci38? Ici et là, les journaux indiquent en effet qu’elle a cessé de conduire suite à des pressions familiales39. Lui aurait-on enjoint de ne plus écrire (si elle a bien tenu la plume, ce dont plusieurs journaux semblent douter)? Et quel rôle joue Le Matin qui, après avoir « découvert » la comtesse, l’exhibe telle un trophée ? Ainsi le 25 février, le journal titre à tort « la comtesse chez la duchesse – Madame de la Guérivière, cochère, rend visite à Madame d’Uzès » : on découvre en lisant l’article que  la comtesse est en fait restée à attendre sur son siège pendant que le journaliste interviewait la duchesse d’Uzès, laquelle n’est pas choisie au hasard, ses engagements en faveur du féminisme et de la cause animale étant connus, de même que son rôle de pionnière de la conduite automobile féminine.

Le Matin, 25 février 1907. Gallica (BnF).

 

Une disparition charivarique de la comtesse cochère ?

On retrouve Marie Lutgen dans un épisode bien singulier en juin 1907. La scène se déroule chez le juge de paix, chargé d’arbitrer un conflit entre elle et Dranem, un acteur fantaisiste, à propos de son costume de cochère. En effet, Dranem, qui prépare une revue pour l’Alcazar dans laquelle il doit incarner une cochère, aurait demandé au loueur Valentin de lui prêter une tenue authentique.  Le comique doit en effet être à la recherche d’un travestissement qui fasse encore davantage parler que celui récemment utilisé par Brasseur (voir billet précédent).

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Valentin se serait tourné vers celle de ses cochères qui n’exerçait plus, Marie Lutgen, laquelle aurait refusé, au motif que contrairement aux us et coutumes du milieu des cochers, sa tenue lui aurait été donnée et non pas prêtée. Dranem joue donc à l’Alcazar avec le costume de Mademoiselle Villain, une autre cochère40.

L’affaire se termine selon quelques journaux de manière humiliante pour Marie Lutgen, l’avocat de la partie adverse révélant que l’avant-dernier métier  de la cochère consistait à être concierge, et le juge de paix tranchant en faveur de Dranem. La Petite République publie un article avec un photo-montage peu à l’honneur de la cochère41, et dans L’Intransigeant, le caricaturiste Lourdey résume le verdict en présentant le juge et le loueur qui  échangent des paroles égrillardes autour de la culotte et du fouet (voir ici) face à une Marie Lutgen très digne42

Néanmoins, ce procès, attesté par de nombreux journaux, semble avoir une intention publicitaire. La preuve en est que les cochères viennent rire au spectacle de leur « consoeur Dranem43 » à la revue de l’Alcazar au lieu de le bouder. Marie Lutgen n’aurait-elle pas eu en effet plutôt intérêt à prêter son costume ?  Le procès ne serait-il pas une réclame déguisée pour Dranem, lequel s’est déjà amusé au mois de mai à sillonner Paris en conduisant un fiacre et en annonçant sa reconversion, à des fins publicitaires ? De surcroît, Dranem a fait ses débuts avec Botrel, lequel connaît aussi la duchesse d’Uzès qu’il a aidée par exemple dans l’organisation d’une fête pour l’Oeuvre du Travail au foyer posant en sa compagnie pour la couverture du Fémina44 … Et cette fameuse tenue de cochère n’a-t-elle d’ailleurs pas été créée d’emblée, selon les propos de Marie Lutgen rapportés par les journaux, par « un artiste qui dessine les costumes de théâtre45 »? Quelques jours après le procès, elle reconnaît volontiers avoir été dans le passé « pipelette », c’est-à-dire concierge, « mais encore couturière, choriste, fleuriste, tenancière d’un bouillon-restaurant, écuyère, confectionneuse, interprète, chanteuse, professeur de piano et de langues étrangères, plumassière, modiste46 ». Elle ambitionne dit-elle, de travailler avec des fauves, ou de devenir infirmière.

Marie Lutgen publie des souvenirs plus étoffés entre les 19 et 27 septembre dans le Gil Blas, ce qui lui vaut à nouveau des attaques47. Le Journal des femmes salue le « légitime succès de « spirituels articles » et ironise sur le « violent accès de rage misogynique » de L’Aurore 48

Cette publication clôt les rires autour de la comtesse cochère. Condensant les stéréotypes, un dernier récit met en scène dans Le Fin de siècle, un vicomte lui-même déclassé qui remplace sur le siège une cochère dont il découvre qu’elle est comtesse et allaite son enfant tout en travaillant49. S’agit-il de Marie Lutgen qui aurait poursuivi  son activité de cochère jusqu’en 1912 (voir ci-dessous) ? À ma connaissance, l’ex-comtesse est évoquée au moins une dernière fois par la presse, lorsque Le Matin révèle qu’ après avoir été perruquière, elle soigne les chats, les chiens et petits oiseaux à l’hospice Malvezin, réunissant ainsi les projets annoncés 5 ans plus tôt.

Le Matin, 25 décembre 1913. Gallica (BnF).

 

Ces différentes péripéties des cochères ont nourri caricatures, parodies, chansons, revues et blagues. Si le rire et la satire permettent parfois d’apprivoiser la nouveauté en se moquant tout autant de celle-ci que de ses détracteurs50, cela ne semble guère avoir été le cas pour les cochères. Et pour cause. Nombre d’indices laissent à penser que la presse, le monde du spectacle, les vendeurs de cartes postales, les publicitaires51 ont organisé de bout en bout l’intérêt médiatique autour des premières femmes cochères, les enfermant dans le temps du Carnaval (voir billet précédent) grâce à des préparatifs menés bien en amont, et peut-être même à la complicité du jury. Ainsi, les premières revues sont prêtes moins de trois semaines après les débuts des cochères …

G.-A. de Caillavet, « Le secret des cochères », Le Figaro, 25 février 1907. Gallica (BnF).

Il ne s’agit donc pas d’un accès de fièvre satirique subit mais plutôt d’un recyclage prémédité de  fantasmes alors courants autour des femmes accédant à des fonctions occupées jusque-là par des hommes et/ou contraintes de gagner leur vie, de préjugés contre les luttes féministes, mélangés aux stéréotypes sur les cochers. Tentant, certaines avec sincérité, d’autres peut-être moins, d’inverser ce charivari et de s’en moquer lors de la fête de Mi-Carême (voir billet précédent), les cochères n’ont pourtant pas gagné en légitimité52 : tout au plus, à l’agressivité a succédé une indifférence qui les a bientôt privées de passagers et de la stabilité socio-professionnelle qu’elles espéraient. Inès Decourcelle meurt jeune, devenue journalière, comme Clémentine Dufaut, désormais chiffonnière …

 

=> Pour aller plus loin, on peut lire entre autres :

 

Élise Fau, « Le cheval dans le transport public au XIXe siècle, à travers les collections du musée national de la Voiture et du Tourisme, Compiègne »In Situ , 27 | 2015.

Juliette Rennes, Femmes en métiers d’hommes (cartes postales, 1890-1930). Une histoire visuelle du travail et du genre, Bleu Autour, Saint-Pourçain-sur-Sioule, 2013.

Juliette Rennes, « Cochères parisiennes, le risque en spectacle », Travail, genre et sociétés, 2016/2 (n° 36), p. 37-59.

Juliette Rennes, « Femmes en métiers d’hommes. Récits de la modernité et usages marchands du féminisme dans le Paris de 1900 », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2019/2 (n° 66-2), p. 63-95.

du CEMS, OP 52, nov. 2020.
 
Sylvie-Marie Steiner, « Protection des animaux au 19ème siècle », Blog Gallica -BnF, 2019
 
Frantz Vaillant, « Femmes pionnières : Madame Decourcelle, première femme taxi ? », Site TV5Monde, 2019
 

« Les Femmes Cocher » : « A gallery of postcards depicting the first women horse-cab and taxicab drivers in Paris, with text by Norman Beattie »

« Fouette cochère ! Femmes cochers sur cartes postales », La Cyborg à lunettes, 2012

 

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie III)," in L'Histoire à la BnF, 27/05/2021, https://histoirebnf.hypotheses.org/11938, [consulté le 21/09/2021].

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

  1. Nick, « Brelan de cochères« , L’Évènement, 18 septembre 1907. []
  2. Selon quelques journaux, la préfecture leur aurait demandé une jupe cycliste afin qu’elles ne soient pas entravées au cas où elles devraient sauter de leur siège précipitamment. Le Temps du 15 février indique « En ce qui concerne le costume qu’elles revêtiront, le préfet de police ne leur a imposé aucune prescription. Il s’est borné à leur recommander l’application de l’article 64 de l’ordonnance du 10 juillet 1900 qui dit que les cochers (on ne prévoyait pas alors les « cochères ») doivent avoir une tenue « propre et décente », et qu’en aucun cas elles ne peuvent faire leur service « en blouse ou en manches de chemise ». Le Journal du 21 février décrit les tenues reçues : jaquette de drap à double boutonnage retombant sur une culotte cycliste bouffante, canotiers noirs. []
  3. « ‘Hue, Cocotte!’ dit Madame Dufaut », L’Intransigeant, 17 février 1907. []
  4. Ibid. []
  5. Eugénie Charnier est née le 3 avril 1882 à Montreuil-sous-Bois, fille unique d’un père terrassier et d’une mère sans profession : registres des naissances, Montreuil-sous-Bois, Archives départementales de la Seine Saint-Denis. Elle meurt en 1966. Clémentine Joly-Pottuz est née le 5 février 1881 à Franconville, de parents brossiers, sixième d’une fratrie de huit enfants. Elle épouse Alfred Dufaut (cocher, ancien garçon-boucher) à Clichy en 1902. Elle est alors cuisinière, orpheline depuis ses 14 ans. Ils ont un fils, Roger-Eugène, né le 17 février 1908, dans le douzième arrondissement parisien. Clémentine est alors « ménagère ». Roger-Eugène meurt à 3 ans, en janvier 1912, à Malakoff, tout comme Alfred le 13 avril 1912. Clémentine se remarie le 5 mai 1917 avec Auguste Émile Richard, chiffonnier, et est alors elle-même chiffonnière. Elle meurt le 2 février 1932 à Châtillon, veuve et sans profession. Registres des naissances, mariages et décès des Archives départementales de Paris, des Hauts-de-Seine, et du Val-d’Oise. []
  6. « Les deux ‘cochères’ sont embauchées », Le Petit Journal, 15 février 1907. []
  7. « Fouette, Cochère ! », Messidor, 15 février 1907. []
  8. Les Frères Rabier ont plusieurs dépôts dont les deux plus importants sont situés au 142 rue Croix-Nivert et au 94 rue Amelot. Sans avoir la taille de L’Urbaine ou de la Compagnie générale, cette société a pignon sur rue. []
  9. « ‘Hue, Cocotte!’ dit Madame Dufaut », L’Intransigeant, 17 février 1907. []
  10. La Presse, 20 février 1907. []
  11. L’Intransigeant, 27 avril 1907. []
  12. Le Temps, 15 février 1907. []
  13. Alfred C. Lavauzelle, « Les femmes cochers », Gil Blas, 16 février 1907. []
  14. « La Femme-cocher », Le Petit Parisien, 12 novembre 1906. []
  15. « Le premier mariage de la cochère », Le Matin, 27 février 1907. On peut apercevoir à l’arrière-plan le personnage qui serait le M. Dufaut de la dispute conjugale soi-disant immortalisée par Le Monde illustré []
  16. Journal du Cher, 8 mars 1907. []
  17. « Les femmes cochers – Madame Dufaut veut divorcer ! », Le Journal, 4 mars 1907. []
  18. Inès Samuel est née le 3 septembre 1877 dans le 11e arrondissement parisien d’un père employé (Édouard Samuel) et issu d’une famille de négociants et d’une mère lingère, Irma Marchand, née quant à elle à Londres de parents faisant du commerce en Angleterre. Lors du mariage d’Inès, sa mère est déclarée absente du foyer depuis 1881, et le divorce a été prononcé en 1884. Inès se marie le 2 mars 1895 à Alfortville avec Louis Decourcelle : elle a 18 ans et est lingère ; il a 27 ans et est marchand des quatre saisons. Ils ont  un fils, Louis René, né le 27 janvier 1896 à Alfortville. Louis meurt en juillet 1899 à Paris, et Inès se remarie le 26 mai 1900, toujours à Alfortville, avec Victor Lefèvre, journalier, fils d’un charretier de la Marne. Inès est alors journalière, et son père est également devenu journalier. On retrouve Inès à Ivry-sur-Seine où elle mourra le 21 juillet 1913. Registres des naissances, mariages et décès. Archives départementales de Paris et du Val-de-Marne. []
  19. Peu d’éléments sur Marie Moser. Elle exerce encore en 1909 et est appelée Marie Mauser par les journaux lors d’un accident. Le recoupement de plusieurs articles de journaux permet de savoir qu’elle est née à Audinghen, Pas-de-Calais, vers 1876 et qu’elle est mariée à un cocher dont elle a une fille. Mais il y a plusieurs Marie nées à cette période à Audinghen pour lesquelles le registre d’état-civil ne comporte pas de mentions marginales qui permettraient une identification. []
  20. « La protection des animaux – La récompense d’Excelsior aux ‘bons cochers‘ », Excelsior, 2 mars 1912. La nouvelle est illustrée en première page du journal. []
  21. Voir Frantz Vaillant, « Femmes pionnières : Madame Decourcelle, première femme taxi ? », Site TV5Monde, 2019. []
  22. Sur l’attitude des contemporains face au déclassement social des femmes voir  Colette Cosnier, Les dames de « Femina » : un féminisme mystifié Rennes,  Presses universitaires de Rennes, 2009. []
  23. Voir les notes précédentes. []
  24. « Paris a pu admirer hier les premières ‘femmes-cochers‘ », Le Matin,  21 février 1907. []
  25. « L’assistance aux animaux », Le Radical, 20 mai 1907. []
  26. Roger Bontemps, « Propos d’un Bourguignon« , Le Petit Bourguignon, 23 novembre 1906. []
  27. Le taximètre est de création récente, et a occasionné une fronde des cochers. Il est représenté sur la plupart des dessins d’humour mettant en scène les cochères. []
  28. « Les deux ‘cochères’ sont embauchées », Le Petit Journal, 7 février 1907. []
  29. Pierre Mille, « Entre nous – Courte conversation avec un cheval », Le Petit Journal, 28 août 1908. []
  30. G. Élie-Berthet, « L’actualité racontée par les animaux – la jument de Madame Duffaut », La Nouvelle Presse, 25 février 1907. []
  31. Voir sur ce carnet : Henri Viltard, « Carjat et Nadar : quand la caricature était plus fidèle que la photographie…?« . []
  32. Voir ici les croquis et notes de Nadar conservés par la Bibliothèque nationale de France. []
  33. Marie Alix Louise Anssart est née en  1870 à Paris dans le XVIIIe arrondissement. Ses parents se marient en 1876 : le père est restaurateur, la mère est originaire d’Allemagne. Marie épouse en   août 1889 Gabriel Marie Alphonse du Pin de la Guérivière [souvent écoorché sous la forme « de la Guérinière » par les journaux], employé de commerce, et en a au moins 2 filles. Elle divorce en 1901 et se  remarie en janvier 1905 avec Oscar Lutgen, alors employé (et bientôt artiste-chanteur), dont elle a eu un fils à Levallois-Perret en  1900. Ils ont deux autres petites filles qui meurent à quelques mois en 1903 et 1905 à Paris. Elle meurt en  juillet 1916 aux Lilas. Registres des naissances, mariages et décès de Paris, des Hauts-de-Seine et de la Seine Saint-Denis. []
  34. Théodore Botrel a épousé en premières noces Hélène Lutgen qui est la soeur du père d’Oscar Lutgen. Registres des mariages des Archives de Paris. []
  35. Voir par exemple « Quel style, ma chère ! », Les Nouvelles, 10 avril 1907 ; Le Rire, 13 avril 1907. []
  36. « La Vie à grandes guides – notes et souvenirs de la comtesse cochère », Le Matin, 30 mars 1907. []
  37. Le Matin, 31 mars 1907 et 1er avril 1907. []
  38. Dans la généalogie de la famille du Pin de la Guérivière publiée en 1908, son nom apparaît très déformé – « N…  Ansard ». []
  39. Le Soir du 8 mars 1907 signale par exemple avoir reçu une lettre signée Lutgen, dans laquelle M. Lutgen indiquerait que le journal ne doit pas attribuer les agissements d’Inès Decourcelle à sa femme, notamment lorsqu’Inès Decourcelle prend des rafraîchissements avec ses clients. []
  40. « Cochère en justice de paix », La Presse, 8 juin 1907. []
  41. « Dranem et la cochère » La Petite République, 8 juin 1907. []
  42. Lourdey, « La cochère et le bon juge », L’Intransigeant, 17 juin 1907. []
  43. Le Journal, 5 juin 1907. []
  44. Fémina, 15 juillet 1905. []
  45. « Comtesse et cochère», La Patrie, 23 février 1907. []
  46. « Les anciens métiers d’une ancienne Cochère », La Presse, 14 juin 1907. []
  47. « La Comtesse cochère », L’Aurore, 20 septembre 1907 ; Clément Vautel, « Notes Parisiennes » La Liberté, 27 septembre 1907. []
  48. Camille Bélilon, « A travers feuilles », Le Journal des Femmes, octobre 1907. []
  49. Croisy, « La cochère », Le Fin de siècle, 16 février 1908. []
  50. Voir par exemple Agnès Sandras, « Eugène Poubelle mis en boîte », Histoire urbaine, 2011/2 (n° 31), p. 69-91 ; « 1856 vu par Le Charivari : année bestiaire ou année zoo ? », Sociétés & Représentations, 2009/1 (n° 27), p. 39-64. []
  51. Sur les publicitaires qui ont entouré les cochères, voir Juliette Rennes, « Femmes en métiers d’hommes. Récits de la modernité et usages marchands du féminisme dans le Paris de 1900 », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2019/2 (n° 66-2), p. 63-95. []
  52. Tenter de maîtriser les phénomènes charivariques est compliqué : voir  Agnès Sandras, « 1879, l’année du grand hourvari zolien dans la presse », Excavatio, International Review for Multidisciplinary Approaches and Comparative Studies Related to Émile Zola and Naturalism Around the World, 2016. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie II)

Dans le billet précédent, nous avons vu que la simple évocation de femmes devenant cochers (ou cochères) à Paris a généré en 1906 et 1907 nombre de plaisanteries sexistes qui recyclaient entre autres les classiques stéréotypes sur la répartition des tâches entre femmes et hommes, et la prétendue incapacité féminine à embrasser certaines professions. Découvrons maintenant comment se sont déroulés les débuts des cochères et essayons de comprendre quel rôle elles ont pu jouer dans l’effervescence qui les a entourées. En effet, cette agitation se déroule principalement en période de Carnaval…

Le Pêle-Mêle, 21 avril 1907. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie II)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie I)

Bobèche, « Les Colignettes« , La Lanterne, 12 mars 1907. Gallica (BnF).

 

En 1907, des Parisiennes obtiennent pour la première fois le droit de devenir cochers, si elles satisfont à un examen jusque-là  réservé aux hommes. À la préfecture de police, un jury masculin décerne le diplôme après avoir vérifié que les impétrant(e)s connaissent l’art de soigner les chevaux, les itinéraires pour se rendre d’un lieu à un autre, les différentes manœuvres dont la plus technique est le remisage des voitures. Cette nouveauté ne manque pas de passionner les badauds et la presse. Au XIXe siècle, on s’est esbaudi devant les bas-bleus, les premières bachelières, avocates, doctoresses et les premières revendications féministes, on a transformé les révolutionnaires de sexe féminin en Vésuviennes (1848), en mégères pétroleuses (1871). C’est dire si des femmes qui embrassent une profession virile ont alors toutes les chances de subir des moqueries… Virile ? Le fait de conduire semble en effet d’hier à aujourd’hui cristalliser les stéréotypes de la domination masculine supposée sur les femmes1. Embrasser une profession jusqu’alors occupée par des hommes, conduire, véhiculer des gens, dresser des animaux,  paraît alors une transgression aux yeux d’une grande partie de la population. Dans ses différents travaux, Juliette Rennes a montré le caractère exceptionnel de l’épisode : des femmes ont pu forger le projet de devenir cochères « aux portes d’une corporation non-mixte dans laquelle ni les employeurs ni les féministes ne les incitaient à pénétrer », grâce à « la création, en mai 1906, de l’École des cochers et des charretiers, fondée par une petite société de bienfaisance, l’Assistance aux animaux […] branche dissidente de la plus ancienne et visible Société protectrice des animaux2 ». L’auteure a recensé  pour la seule période allant de novembre 1906 (première annonce de la préparation de l’examen de cocher par des femmes) à avril 1907 (seconde promotion de femmes cochers), plus de 200 articles, tout autant de cartes postales, des films et des objets. Nous nous intéresserons ici à l’accès de fièvre satirique qui a accompagné voire devancé ce barnum médiatique3. Humoristes, dessinateurs, journalistes en quête de bons mots, sont alors en très grande majorité des hommes. S’ils ne sont pas nécessairement phallocrates, ils n’ont pu le plus souvent s’empêcher de contribuer à une fièvre machiste, ou du moins d’en souligner les stéréotypes afin de complaire à un public friand (ou supposé friand ?) de ce type de blagues. Continuer la lecture de Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie I)

  1. Voir le rapport 2016 du Sénat en ligne : « Sur les femmes et l’automobile : un enjeu de lutte contre la précarité, d’orientation professionnelle et de déconstruction des stéréotypes ». []
  2. Juliette Rennes, « Cochères parisiennes, le risque en spectacle », Travail, genre et sociétés, 2016/2 (n° 36), p. 37-59. []
  3. Voir sur Retronews l’écho de presse de Marina Bellot : « La première femme cochère de France, événement inouï pour les Parisiens ». []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts