Archives par mot-clé : Faites parler les images

Faites parler les images ! Le reconnaissez-vous ?

 

Mais qui est ce personnage … ?

Premier indice : non, il ne s’agit pas du peintre François-Auguste Biard auquel la Maison Victor Hugo consacre actuellement une exposition (« François Auguste Biard, peintre voyageur ») ! Biard avait fait une expédition au Spitzberg et en Laponie en 1839, en compagnie de Léonie d’Aunet (future maîtresse de Victor Hugo), et les ours avaient été pour lui un sujet d’inspiration

Benjamin Roubaud, Panthéon charivarique, Le Charivari, 11 septembre 1840. Gallica (BnF).

 

Deuxième indice : notre personnage a quant à lui mis cap plein sud …!

 

Troisième indice : notre personnage a bien connu les familles Daudet et Hugo …

 

 

 

Les images ont parlé ! Qui est cet étrange personnage ?

Vous deviez deviner quel étrange personnage, à l’étroit dans sa redingote, arborant  sur sa tête verte piriforme un masque doté d’un long nez, moustachu et coiffé d’un chapeau à cocarde, déclenchait les quolibets en plein Carnaval.

Les trois indices vous conduisaient au roi  Louis-Philippe, maintes fois représenté en poire par les caricaturistes. En recherchant dans Gallica, l’expression « en pâtissier, en saltimbanque, en chien, en sangsue », vous découvriez en effet cet extrait de L’Éducation sentimentale :

Frédéric prenait la Maréchale à son bras ; et ils flânaient ensemble dans les rues. Elle se divertissait de rosettes décorant toutes les boutonnières, des étendards suspendus à toutes les fenêtres, des affiches de toute couleur placardées contre les murailles, et jetait ça et là quelque monnaie dans le tronc pour les blessés établi sur une chaise, au milieu de la voie. Puis elle s’arrêtait devant des caricatures qui représentaient Louis-Philippe en pâtissier, en saltimbanque, en chien, en sangsue1.

Continuer la lecture de Les images ont parlé ! Qui est cet étrange personnage ?

  1. Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, Paris, Chapentier, 1880. []

Faites parler les images ! qui est cet étrange personnage ?

Dans la lithographie ci-dessous, un immense personnage semble déchaîner les quolibets : saurez-vous l’identifier ? La légende est la suivante : « Oh ! c’te tête ! Ah ! la chianlili ! ah ! la chianli ! »

Premier indice : non, vous ne rêvez pas, le personnage est masqué !  Mais il ne s’agit pas d’un masque de protection contre la grippe ou le choléra (voir « Isolement et port du masque : la pédagogie de la caricature »  sur ce carnet de recherches) …

 

Deuxième indice : la marchande représentée dans l’estampe ci-dessous vend  des fruits. Cela vous devrait vous mettre sur la piste …

Troisième indice : et si vous relisiez L’Éducation sentimentale ? Flaubert y  évoque ce personnage caricaturé « en pâtissier, en saltimbanque, en chien, en sangsue » …

=> Vous pouvez feuilleter ci-dessous les premières pages du manuscrit de L’Éducation sentimentale grâce aux flèches …

 

 

Les images ont parlé ! Ce qu’attendaient ces touristes …

Vous deviez deviner pourquoi des touristes anglais étaient tour à tour déçus et choqués. Vous avez sans doute identifié le paysage parisien bouleversé par les démolitions liées aux travaux haussmanniens, et vu sur le second dessin des statues dont les formes dénudées choquaient ces prudes voyageurs. Mais à quoi s’attendaient-ils donc ? 

On leur avait en fait vendu ce qui s’appelait un  « train de plaisir »…

Dictionnaire de la langue française…. Tome 4 / par É. Littré, 1873. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Les images ont parlé ! Ce qu’attendaient ces touristes …

Faites parler les images ! Qu’attendaient donc ces touristes ?

Mais pourquoi ces Anglais sont-il si surpris par le spectacle qu’ils découvrent (« C’est singulier, l’Illustrated London News ne nous a rien dit de ce tremblement de terre ») ?

==>cliquez sur les images pour les agrandir Continuer la lecture de Faites parler les images ! Qu’attendaient donc ces touristes ?

Faites parler les images ! Quelle construction est bientôt achevée sur cette gravure ?

Dans l’estampe ci-dessous, une construction est bientôt terminée ! Oui … mais laquelle ?

Il s’agit d’un type de bâtiment très en vogue au XIXe siècle.

Premier indice : il pourrait ressembler à celui  que vous voyez dans l’image ci-dessous…

Deuxième  indice : la scène que vous pouvez regarder ci-dessous a un rapport étroit avec ces constructions …

 

Troisième indice. Ces constructions ont un rapport avec des spectacles  qui ont connu de nombreuses innovations à la fin du XIXe siècle. Le spectacle ci-dessous en  fait partie et il a eu un grand succès lors de l’Exposition universelle de 1900.

Citer ce billet : Blog Histoire, "Faites parler les images ! Quelle construction est bientôt achevée sur cette gravure ?," in L'Histoire à la BnF, 29/11/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/8363, [consulté le 02/12/2020].

 

 

 

Les images ont parlé ! une vache qui ne connaît pas un pot de lait…

Mais pourquoi cette vache fait-elle grise mine devant le pot de lait présenté par le président du tribunal  ?

La réponse se trouve dans Le Matin du 22 février 1902. On y apprend que L’Assiette au beurre vient de consacrer un numéro au lait et aux laitiers … intitulé « Les empoisonneurs patentés – Les falsificateurs de lait » que nous vous laissons feuilleter ci-dessous…

Depuis plusieurs décennies en effet, le lait était régulièrement coupé avec de l’eau, voire avec des substances nuisibles, par des falsificateurs irresponsables dont les mélanges entraînaient le décès d’enfants. En menant une recherche avancée dans Gallica avec l’expression « lait falsifié« , on trouve actuellement 472 résultats !
Ces procédés n’étaient évidemment pas le fait de tous les paysans et laitiers. La publicité s’employa quant à elle à donner une image plus aseptisée et joyeuse de la consommation de lait …
Citer ce billet : Blog Histoire, "Les images ont parlé ! une vache qui ne connaît pas un pot de lait…," in L'Histoire à la BnF, 25/11/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7015, [consulté le 02/12/2020].

Faites parler les images ! une vache qui ne connaît pas un pot de lait …

Saurez-vous deviner ou retrouver pourquoi dans la caricature reproduite ci-dessous, la vache amenée devant le tribunal déclare en regardant un pot de lait « je ne connais pas ça » ?

Continuer la lecture de Faites parler les images ! une vache qui ne connaît pas un pot de lait …

Les images ont parlé ! Où pouvait-on déjeuner dans un arbre au XIXe siècle ?

Vous disposiez de plusieurs indices pour retrouver où l’on pouvait déjeuner dans un arbre au XIXe siècle. Une image extraite d’une affiche (que vous voyez désormais  en entier ci-dessous) suggérait que l’arbre en question se trouvait non loin de Sceaux et des Vaux-de-Cernay, et une photographie montrait un panneau  indiquant « le grand arbre ». Nous  précisions également que la cabane portait le nom d’un ouvrage à la mode et vous suggérions de trouver une rime en « son » :

Sous la feuille où la nappe est mise
Court un harmonieux frisson,
Idylle que chante la brise
Aux amoureux de [???]

Chemin de Fer d’Orléans. Paris à Sceaux & Limours. Tour de Chevreuse, Robinson, Vaux de Cernay… : [affiche]. Imp. F. Champenois (Paris), 1892. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Les images ont parlé ! Où pouvait-on déjeuner dans un arbre au XIXe siècle ?

Faites parler les images ! où pouvait-on déjeuner dans un arbre au XIXe siècle ?

Dormir ou déjeuner dans une cabane au sommet d’un arbre était déjà à la mode au XIXe siècle ! Saurez-vous retrouver à quel endroit on pouvait se restaurer dans des arbres ?

Pour vous aider :

  • une image extraite d’une affiche publicitaire
  • une photographie
  • l’une de ces cabanes dans les châtaigniers a reçu de son propriétaire un nom faisant référence à un ouvrage à la mode. La cabane a bientôt donné son nom au hameau puis à la ville …
  • plusieurs chansons ont porté sur cet endroit, comme celle-ci … Retrouvez la rime en lieu et place des points d’interrogation [???] !

Depuis qu’au bois de Romainville
Un coup de hache a retenti,
Dévoilant le discret asile
Où Cupidon était blotti,
Le pauvre Amour a pris ses ailes
Et porté son tendre écusson
Au fronton des vertes tonnelles
Qui fleurissent à [???]

Ah ! qu’il est bon, bon, bon, bon !

Mirliton, mirliton, mirlitaine !

Ah! qu’il est bon, bon, bon, bon,
D’aller dîner à [???] !

C’est un villageois ermitage
Où l’on respire en même temps
La clématite et le potage,
La côtelette et le printemps ;
Sous la feuille où la nappe est mise
Court un harmonieux frisson,
Idylle que chante la brise
Aux amoureux de [???] .

Sur l’humble escalier en spirale
Tour à tour s’élance en riant
La grisette sentimentale
Et l’intrépide étudiant ;
S’il faut grimper par une échelle,
En revanche plus d’un garçon
Trouve dans les bras de sa belle
Le paradis à [???]

Vous trouverez la réponse ici !

Citer ce billet : Blog Histoire, "Faites parler les images ! où pouvait-on déjeuner dans un arbre au XIXe siècle ?," in L'Histoire à la BnF, 31/12/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/6159, [consulté le 02/12/2020].