Archives par mot-clé : femmes

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie III. La chasteté en question au XIXe siècle)

Le Mollet de la Rosière” : chansonnette : piano [et chant] / musique de Emile Bouillon ; paroles de Lucien Delormel ; [ill. par] Henriot. Société anonyme (Paris), 1889. Gallica (BnF).

Nous avons vu dans un précédent billet (à lire ici) que la fête de la rosière de Salency, mise à la mode par la Comtesse de Genlis en 1766, connut une grande fortune dans les arts et ce jusqu’à la Cour de Versailles. Ce succès national a sans doute incité le prieur de Salency à pousser sa paroisse jusqu’au procès contre son seigneur qui désirait présider au choix de la rosière et conserver au couronnement sa tradition de simplicité. Le Parlement de Paris ayant donné raison à Salency contre son seigneur en 1774, le couronnement, désormais fixé avec un cérémonial plus imposant et plus religieux, mais relevant aussi davantage du spectacle divertissant, a connu diverses imitations en Normandie, région parisienne, etc.  La Révolution puis l’Empire ont entraîné la disparition de certaines de ces fêtes et le remodelage d’autres. Les couronnements de rosières ont ensuite constitué un enjeu entre les conservateurs cléricaux et les Républicains : dans la seconde moitié du XIXe siècle, on assiste à une floraison de fêtes de la rosière. Le phénomène passionne les érudits locaux et ethnologues, devient un véritable marronnier pour la presse, et inspire la satire et le travestissement. C’est à l’aune de ces parodies qu’il faut relire par exemple le célèbre “Rosier de Madame Husson” …

I/ Les rosières : de l’édification catholique à l’édification politique

Du procès de Salency à la Révolution, les couronnements de rosières sont l’occasion pour les prêtres des paroisses concernées de faire l’apologie de la vertu au sens de chasteté, mais aussi des vertus familiales. Par son attachement à ses parents, les soins délivrés aux malades et sa maîtrise des tâches ménagères, la jeune fille vertueuse démontre qu’elle est capable de fonder une famille. Comme à Salency, il est donc généralement attendu de la rosière qu’elle se marie dans l’année, voire dans les mois qui suivent. Les valeurs d’exemplarité et de transmission sont un des mécanismes essentiels de la cérémonie : la jeune fille doit être originaire du village, sa famille sans tache, et à Salency il existe de véritables dynasties de rosières. Dans les fêtes, les anciennes rosières sont mises en avant, en tant que modèles de jeunes filles chastes devenues de bonnes mères de famille. Elles sont identifiées à une nation vertueuse1.

Sa mise à l’honneur par la comtesse de Genlis en 1766 lui vaut un succès immédiat dans les arts en tant que fête champêtre et naïve du monde paysan. Les nouvelles créations de rosières s’accompagnent de présents (une vache, par exemple) ou de rentes délivrés par de généreux fondateurs, afin d’aider la jeune fille pauvre qui n’a pas démérité à fonder une famille dans de bonnes conditions. Les révolutionnaires pouvaient-ils conserver une fête dont clergé et noblesse s’étaient disputé l’organisation 25 ans plus tôt à Salency ? La réponse est complexe. Il semblerait que pour beaucoup d’hommes révolutionnaires, la place des femmes demeure toujours à la maison. La femme qui s’affirme politiquement est perçue comme laide, masculine, sanguinaire … c’est la fameuse tricoteuse2. On comprend alors les difficultés de Grétry qui après le succès de sa Rosière de Salency (voir ce billet), s’attelle à une Rosière républicaine, et doit en remanier certains passages trop licencieux avant d’obtenir une autorisation pour les représentations. Certes, la rosière est toujours la fille la plus sage du village et proclamée « déesse de la Raison », mais la tonalité est charivarique  :

Ensuite surviennent les mères de famille du village. Elles s’étonnent de trouver la porte de l’église encore fermée… le curé se sera rendormi sans doute. Frappons à sa porte ! Monsieur le curé, Dort-on de la sorte ! Ouvrez au moins l’église !… Êtes-vous émigré ? Personne ne répond et les vieilles femmes se mettent à dire leurs patenôtres. Mais, tout à coup, le porche de l’église s’ouvre et laisse voir un nouvel autel placé sur l’ancien. On y lit : À LA RAISON. Les jeunes gens arrivent et chantent un hymne à la nouvelle Déesse. Les vieilles femmes ne savent ce que cela veut dire :  Ma voisine… est-ce un rêve ? et qu’est-ce ?… à la Raison. Mais je ne connais pas de sainte de ce nom !

C’est alors que se présente le curé. Il déchire son bréviaire, sa lévite et paraît vêtu en sans-culotte3.

= > Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux voir les documents

Sous l’Empire napoléonien, à l’occasion des principales cérémonies à retentissement national (mariage de l’empereur, par exemple), sont organisés des mariages de soldats vétérans avec des jeunes filles pauvres et vertueuses désignées par les conseils municipaux après des enquêtes vérifiées par les préfets4. Ces mariages dits de « rosières » permettent à des couples modestes (dont certains sont déjà formés)  d’obtenir un pécule par le biais de la dot délivrée par la municipalité, et sont l’occasion de fêtes dans le village.

Peu à peu, le clergé reprend une place importante dans les cérémonies de rosières : on assiste alors parfois dans certaines communes à de véritables tiraillements pour savoir à qui il incombe de choisir la rosière… Ces questions de préséance sont apparues dès la fin de l’Ancien Régime. En 1786, à Orléans, une fête des rosières est créée à l’initiative du duc d’Orléans, qui propose plusieurs dots pour un montant total de 600 livres, complétées par la Ville, le coadjuteur et les chapitres. C’est la Ville qui a cependant le rôle principal puisque le maire désigne l’élue parmi les jeunes filles choisies par les prêtres. Le jour du mariage, le corps de Ville signe  l’acte de bénédiction5.

Les uns et les autres tentent donc à la fois de s’auto-légitimer dans le choix de la rosière en produisant un discours édifiant sur les bienfaits de la vertu et en tenant une place centrale dans les couronnements. Ces discours sont également nourris par un imaginaire de la jeune fille débauchée par la ville, fille-mère réduite à la misère et/ou prostituée. La fête de la rosière paraît alors un encouragement à la protection de la vertu et/ou contre les menaces d’un monde urbain où la femme, privée du secours d’un environnement protecteur, serait sans défense. Maires, députés, prêtres, cléricaux ou anticléricaux, philanthropes, etc.,  se rejoignent donc le plus souvent dans la nécessité d’un couronnement de la rosière, mais pas sur ses modalités.

Ch. Léandre, “La vertu et ses dispensateurs – M. le Préfet – M. le Maire – Le Capitaine de pompiers- M. le Curé”. Le Journal amusant, 23 juillet 1898.

 

Pour les journalistes et parodistes, les choix des rosières et les discours de couronnement deviennent un motif d’amusement récurrent. Dans La fête de Breluche, roman comique narrant l’élection annuelle de la rosière d’un village de campagne, le maire Lambrequin répète longuement son discours devant un carré de choux, et s’égare dans des « images d’une grande hardiesse, où il disait que l’oreille de son cœur saisissait à travers le murmure de l’air la voix de la vertu qui voltige au-dessus de la verdure de la campagne et qui sent bon comme la voix d’une vierge ; que la vertu, plus éclatante que le son du clairon, est le flambeau qui submerge le volcan d’immoralité toujours éveillé sous les pas de la nature humaine. » Mais la veille du couronnement, l’impétrante est trouvée dans son lit en galante compagnie. Voici le maire contraint d’improviser un nouveau discours. Sous la parodie, affleurent les topoi de ce type de  cérémonie que le romancier a bien saisis, comme le fait que la vertu de la rosière est symbolique de celle de la commune  :

— Messieurs, le conseil réuni pour choisir, parmi le nombreux essaim de jeunes filles sages de la commune, la plus méritante, la plus digne de l’auréole de la virginité, ne s’est pas encore prononcé. (Marques d’étonnement des auditeurs.) S’il se trouve parmi vous quelques personnes invirgineuses, dont le contact contondant opprime l’âme bien née d’un honnête homme et fait rougir le visage de la vertu, c’est aussi une consolation de voir qu’il reste une assez compacte collection de jeunes personnes honnêtes et estimables, puisque le conseil a été embarrassé pour commettre son choix. J’ai tenu à vous dire ceci, pour que des mauvaises langues, intentionnées de malversations insipides, ne viennent pas insinuer la négative en prétendant qu’il n’y a pas de rosières chez nous, et jeter ainsi une ombre de flétrissure et de déshonneur sur la commune de Breluche. (Rumeurs.) Il y a toujours eu des rosières à Breluche, il y en aura encore, vous pouvez en croire notre parole, investie de notre caractère légal. (Vifs applaudissements.) La commune de Breluche, messieurs, sans oublier les dames qui embellissent cette belle réunion, honneur de leur sexe, la commune de Breluche est un beau pays, dont l’honneur illumine l’âme bien née d’un honnête homme d’une joie manifeste ; et vos âmes, imbibées de l’amour de la morale, doivent prouver, par l’affluence de vos expansions vers la vertu, les liens qui vous attachent au fondement et à la base des principes honnêtes et moraux, qui sont pour ainsi dire le fœtus de la vie. Accoutumez-vous à rejeter dans un coin, avec les mœurs trop ulcérées du libertinage, les images répugnantes de l’immoralisation dont l’âme bien née d’un honnête homme appelle la réprobation universelle, d’accord avec les lois divines. Je ne puis comparer l’image répugnante du libertinage, que je viens d’exprimer, qu’à un dromadaire sortant de son antre comme d’une tanière de bête fauve, pour se précipiter sur sa proie, qui est donc le cœur et l’âme de la jeune fille, et lui commettre des voies indignes, interpellées devant la morale publique sous la qualité de choses impures et illicites, dont la figure de l’honneur s’en trouve couverte par le contact répulsif du mépris.

(Trépignements d’admiration, applaudissements enthousiastes.) Le conseil va donc continuer ses examens pour approfondir les mérites de la plus digne, et dans quinze jours, sans autre remise, nous couronnerons la rosière de Breluche6

Au Cabaret du Chat Noir, en 1894, Jules Jouy propose une revue parodique intitulée Dans le Rêve de Zola qui ironise sur les distinctions recherchées par le romancier. Les tableaux montrent Zola académicien, maire de Médan, ministre et président de la République. Les spectateurs sont très amusés par « le couronnement de la rosière de Médan » qui présente un « défilé des autorités et des sociétés, dessiné par Jules Depaquit »7.

Mais les hommes de lettres et les humoristes ne se limitent pas à la critique du discours. Articles et parodies abondent en questionnements sur la légitimité des laïcs comme des prêtres à identifier la vertu.

II/ La vertu des rosières et la dignité des édiles en question

La rose a une double fonction dans l’imaginaire. C’est une fleur, mais munie de piquants censés la protéger. Anne Monjaret souligne que :

C’est ainsi que la haie ne fleurit qu’à l’approche du mariage, moment où, dans certaines communes, on choisit la plus vertueuse des jeunes filles – la rosière – que l’on couronne et que l’on dote (Segalen 1979; Segalen & Chamarat 1983). À ses noces, déflorée, dépouillée de ses fleurs, la mariée perd sa virginité (Grisoni 1981) ; avec cet acte s’achève le temps du cycle végétal qui accompagne le temps de l’épanouissement des filles et commence celui de la reproduction. Si l’on en croit les thèses de Sylvie Muller qui étudie les correspondances entre les cycles féminin et végétal dans la tradition irlandaise, suit à partir du mois de mai et jusqu’au mois de novembre la période durant laquelle la fleur se transforme en fruit, métaphore de la gestation d’un corps féminin fécondé8.

À la fois symbole de la virginité et de la défloration, la rose – et a fortiori la couronne de roses – se veut symbolique du passage de la chasteté à la vertu de la bonne mère de famille. La métaphore apparaît comme trop simpliste à bon nombre de contemporains qui mettent en doute les modes d’identification et la réalité de la virginité supposée de la rosière, et les véritables retombées morales des couronnements de rosières.

Stop, “Actualités – A la recherche d’une rosière”, Le Charivari, 11 août 1868. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme : FOL-LC2-1328.

Le premier doute exprimé porte sur l’identification de la rosière qui doit être chaste. Dans une petite bourgade comme Salency, la surveillance de la vertu des filles était relativement aisée. Au fait que les familles avaient tout intérêt à surveiller les jeunes filles pour éviter le déshonneur de grossesses indésirées s’ajoutait le désir d’obtenir le chapeau de roses, les récompenses associées et la bonne réputation qui rejaillissait sur la famille. Dans de plus gros villages, ou des villes comme Nanterre, il faut composer entre les déclarations des candidates à la couronne, les témoignages apportés, et éventuellement l’avis du prêtre qui peut avoir beaucoup appris pendant les confessions. Il apparaît très vite – c’est en tout cas ce que racontent les textes de fiction – que les concurrentes peuvent essayer de salir l’honneur de leurs adversaires, ou mentir sur leur propre vertu. De nombreuses caricatures, pièces de théâtre ou passages de romans mettent ainsi en scène des jeunes femmes qui cachent soigneusement leurs relations sexuelles afin de pouvoir prétendre à la couronne. Enfin, parfois, ce sont les maires qui choisissent une rosière pour honorer une famille, ou bien encore qui séduisent ou se laissent séduire par une candidate à la couronne. Dans La revue n’est pas au coin du quai : revue de l’année 1872, en 4 tableaux, mêlée de chant, le maire couronne une indélicate qui a fait éliminer ses deux rivales en faisant passer pour elles la nuit dans les chemins  :

Comme par hasard, sur ses pas
Je fais semblant d’être surprise,
Et j’iui dis que j’attends Nicolas,
Nicolas dont j’suis la prémise.
Alors, il me demande mon nom.
J’lui réponds que j’m’appell’ Toinon.
– Quoi, Toinon, qui veut être rosière !
– Oh! n’en dites rien, monsieur l’maire
Il me promit d’Ia discrétion
Mais à certain’ condition…
Certes ce n’était pas grand’chose …
Mais Toinon n’a pas eu la rose9.

F. Gottlob, ” Future rosière – Si Nanterre me voyait !”, Le Journal amusant, 31 août 1907. Gallica (BnF).

Les caricaturistes mettent aussi souvent en scène des édiles libidineux devant les jeunes couronnées, ou manquant de conviction devant des laiderons. L’opéra-bouffe Barbe Bleue souligne la possible concupiscence grossière de ceux qui choisissent les rosières. Le seigneur s’écrie en effet :

C’est un Rubens !
Ce qu’on appelle une gaillarde,
Une robuste campagnarde,
Bien établie en tous les sens !
Elle n’a point ces mignardises
Qui m’ont fatigué des marquises !
C’est un Rubens 10 !
L’effet comique est renforcé par le fait que Barbe-Bleue, persuadé d’avoir épousé une rosière, découvre bientôt qu’elle avait cédé au coq du village avant son couronnement.

=> Pour bien voir les images, cliquez sur la galerie ci-dessous.

Un autre doute fréquemment exprimé est celui de la valeur de la vertu momentanée de la chasteté, qui n’a pas obligatoirement nécessité des efforts, face aux vertus que peuvent conférer les épreuves  de la vie. Certains auteurs soupçonnent les rosières d’être uniquement intéressées par les récompenses, d’autres voient en la multiplication des fêtes une opération des communes qui reçoivent ainsi un grand nombre de curieux. Le publiciste Pierre Véron dénonce régulièrement le « rosiérat » :

Je n’hésiterais pas, pour ma part, si la chose était en mon pouvoir, à supprimer le rosiérat d’un trait de plume. Mettre la vertu aux enchères, tarifer la chasteté, me parait avilir l’une comme l’autre.

Puis, n’a-t’-on pas commis la plus grave des omissions quand, en créant ce genre d’institution-là, on a oublié d’y introduire la formule : On rend l’argent ?

Il m’a toujours paru monstrueux de penser qu’une demoiselle à qui l’on octroyait mille francs parce qu’à dix-huit ans elle n’avait pas encore vu le loup, conservât cette somme quand même elle tomberait plus tard dans la plus sale des fanges, quand même elle deviendrait la plus scandaleuse des filles à tout le monde.

Il y a là, hommes graves qui prétendez travailler dans la moralisation, une lacune burlesque qui ne vous fait pas honneur, qui, au contraire, vous couvre  de ridicule11.

Apprenant le suicide d’une rosière qui n’a pas supporté qu’on découvre sa conduite légère, Véron souligne un “héroïque repentir“, demande la fin du “rosiérisme, un leurre peu gaiement ridicule“, un “encouragement à la patience de l’hypocrisie12 ». C’est plus généralement toute la presse humoristique qui blague l’institution de la rosière, et se montre plus encline à caricaturer férocement les messieurs libidineux que les jeunes filles légères. Cette presse laisse à entendre par ailleurs que la chasteté n’est pas non plus légion chez les jeunes paysannes, et montre les édiles ruraux embarrassés lorsqu’il s’agit de trouver une rosière. Aux Granges-le-Roi (à côté de Dourdan), en 1907, les trois jeunes filles pressenties par le maire refusent d’être rosières. Le journaliste envoyé sur place afin de découvrir pourquoi « les vraies rosières se sont mises en grève » apprend “qu’il est très mal porté, paraît-il, d’être rosière aux Granges-le-Roi », car « à plusieurs reprises, des erreurs furent commises dans le choix des lauréates, et des vertus, officiellement proclamées qui avaient officieusement, et depuis belle lurette, perdu toute auréole13 ».

Mirande, ” Rosière ! – Je suis rosière : Répétez-le, M’sieur l’maire, Gaston ne voulait pas me croire!””, Le Rire, 4 juin 1904. Gallica (BnF).

 

Chez les humoristes, le symbole de la modernité est la jeune femme de la ville que les relations sexuelles n’effraient pas : dans La Grande Mascarade parisienne de Robida, les amis de Mademoiselle Criquetta, étoile des Folies-Musicales, décernent aux canotières un « prix de la rosière approximative », après avoir procédé au couronnement traditionnel d’une rosière près de Croissy14.

Albert Robida, La grande mascarade parisienne. Paris, Librairie illustrée, 18.. Gallica (BnF.)

 

À une période où les méthodes contraceptives sont balbutiantes, les relations sexuelles avant le couronnement de la rosière peuvent se traduire par une naissance cachée ou se déclenchant peu après les festivités. Cette éventualité fait les délices de la presse et des parodies, une fois encore non pas tant pour se moquer de la jeune femme enceinte que des gens qui ont récompensé à tort une vertu défaillante.  Tout est question de croyance souligne cette chanson de 1826 :

Nicette, hélas ! est accouchée;

Mais chut !… par miracle on s’est tu !…

Et la chose est si bien cachée,

Qu’elle a le prix de la vertu !…

Dieu ! qu’elle est jolie en rosière !

Son air d’innocence ravit ;

Bientôt elle épouse Gros-Pierre ;

Voilà le pouvoir de l’habit15.

 

A Montmartre, le mariage de la rosière – Un père de famille, qui comptait sur le couronnement de sa fille, apprend par le comité qu’elle s’est mariée plusieurs fois déjà”, le Rire, 2 juillet 1904. Gallica (BnF).

 

Un procès  fait la une des journaux en 1882. À Dourdan, les rosières ne reçoivent un pécule qu’après leur mariage. Mais les édiles sont stupéfaits quand une jeune femme enceinte arrive devant eux quelques semaines après avoir convolé.  Privée de sa récompense, la rosière porte l’affaire devant les tribunaux, défendue par un avocat qui rappelle que la jeune femme s’est mariée deux ans après son couronnement16. La presse prend de manière quasi unanime  la défense de la « pauvre rosière de Dourdan17 » en pourfendant l’institution, et ironise sur « les amateurs de « causes grasses » congrûment épicées, où le sourire ne se mouille d’aucune larme18 ».  Le Tintamarre excuse la jeune femme au nom de « l’amour, ce démolisseur de rosiérats19 ». Le Gaulois insiste sur la contradiction qu’il y a entre récompense et vertu :

Même chez les rosières qui pourtant font métier et profession d’être vertueuses, la vertu n’est plus de mise, quoique cependant elle soit payée au poids de l’or douze cent cinquante francs l’exemplaire, sans compter la considération légitime qui rejaillit sur le sujet primé.
Malgré cet appas en argent, bien fait pour exciter, favoriser, et faciliter les bonnes mœurs, les rosières deviennent de plus en plus introuvables, même en province. Celles-là qui, à force d’intrigues, parviennent à escamoter des prix de vertu sont d’ordinaire des rosières faux teint, poussant l’oubli de la pudeur jusqu’à venir toucher « leur récompense » chez M. le maire, ornées d’une proéminence abdominale signe non équivoque d’une vertu défraîchie20.

Il n’est donc pas surprenant que les humoristes enregistrent avec plaisir une réalité conforme à la fiction et se laissent tenter par la surenchère. La revue de fin d’année du théâtre des Variétés donne un tableau “de la rosière de Dourdan faisant réclamer sa rose par son enfant21”. Mais la véritable rosière de Dourdan n’obtient pas gain de cause auprès du tribunal.

Dans La Citoyenne, journal de la féministe Hubertine Auclert, Libussa Slavenko publie un article intitulé « Rosières et prix de vertu », dédié à Zola, et dénonce avec force « un honneur que les hommes couronnent en public tout en le souillant dans de mauvais lieux », des jurys « de phallocrates », “un stigmate d’infamie entre la femme et l’homme22 ». Un journaliste de La Presse attribue cet article à Hubertine Auclert et ironise :

Hubertine, qui tient à combler dans la littérature française le vide laissé par Mme de Sévigné et par Georges [sic] Sand, notre chère Hubertine a consacré une de ses pages les plus éloquentes à cette nouvelle question sociale, la suppression de la virginité.

Il est honteux, s’écrie-t-elle avec indignation, et cela passe les bornes, que la virginité soit indispensable pour mériter le prix de rosière.

Envisagée à ce point de vue, l’affaire change d’aspect. La thèse devient hardie et s’élève à des hauteurs inattendues. Elle se peut résumer de la sorte : liberté égale pour les jeunes filles et pour les jeunes gens. Pourquoi les uns …, tandis que les autres23

Au milieu des plaisanteries diverses, se fait donc progressivement jour l’idée qu’une jeune femme peut décider que sa chasteté n’a pas à être couronnée, ou qu’il y a un déséquilibre dans la célébration d’une virginité réservée aux femmes. Dans un prochain (et dernier !) billet, nous verrons qu’ au fil des  plaisanteries autour des rosières, la fête de Nanterre a acquis une importance toute particulière, et découvrirons comment la rosière a pu devenir rosier…

H. Démare, “La rosière de cette année”, La Nouvelle Lune, 30 mai 1880. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme : FOL-LC13-271.

 

=> Pour aller plus loin, on pourra lire entre autres :

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie III. La chasteté en question au XIXe siècle)," in L'Histoire à la BnF, 05/04/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/6680, [consulté le 25/05/2019].

 

  1. Dominique Godineau, “De la rosière à la tricoteuse : les représentations de la femme du peuple à la fin de l’Ancien Régime et pendant la Révolution”, Etudes, Revolution française.net. []
  2. Ibid. []
  3. Ch. Nuitter, “Deux opéras révolutionnaires de Grétry”, La Chronique musicale, 15 septembre 1873. []
  4. Istasse Cédric, « Les « mariages de la Rosière” dans le département de Sambre-et-Meuse. Indices sur la réinsertion sociale des anciens soldats de Napoléon Ier », Napoleonica. La Revue, 2009/1 (N° 4), p. 11-29. []
  5. Rideau, Gaël,  “La définition d’une frontière politique : clergé et municipalité à Orléans au XVIIIe siècle“. Parlement[s], Revue d’histoire politique, hs 6(3), 2010. Pages 60-75. []
  6. La fête de Breluche : roman comique (3e édition) / par A. Humbert. Paris, Bureau de “la Lanterne de Boquillon”, 18.. []
  7. Maurice Saint-Vallery, “Le Chat-Noir“, Revue du Cercle militaire : bulletin des réunions d’officiers des armées de terre et de mer (revue violette), 25 février 1894. []
  8. Anne Monjaret, « De l’épingle à l’aiguille », L’Homme, 173 | 2005. []
  9. La revue n’est pas au coin du quai : revue de l’année 1872, en 4 tableaux, mêlée de chant par Clairville, Siraudin et V. Koning ; musique nouvelle de Marius Boullard, Coedès et Villebichot Paris, Michel Lévy frères, 1873. []
  10. Barbe-Bleue, opéra bouffe en trois actes et quatre tableaux / paroles de MM. Henri Meilhac et Ludovic Halévy ; musique de Jacques Offenbach ; partition piano et chant arrangée par Léon Roques. Paris, E. Gérard & Cie, [s.d.]. Représenté pour la première fois, le 5 février 1866 sur le théâtre des Variétés. []
  11. Pierre Véron, “La ville et le théâtre“, Journal amusant, 11 juin 1898. []
  12. Pierre Véron, “Chronique parisienne“, Le Journal amusant, 14 juillet 1877 []
  13. Elles aussi font grève – Il n’y a plus de rosières“, Le Matin, 18 mai 1907. []
  14. Albert Robida, La grande mascarade parisienne. Paris, Librairie illustrée, 18.. []
  15. Simonnin, “Le pouvoir de l’habit“, Le Chansonnier des grâces : avec la musique gravée des airs nouveaux. Paris, F. Louis, 1826. []
  16. Voir le jugement dans différents journaux, comme Le Pays, le 14 août 1882. []
  17. L’Industriel de Saint-Germain-en Laye, 19 août 1882. []
  18. Charles Gérard, “A tort et à travers“, Beaumarchais : journal satirique, littéraire et financier, 20 août 1882. []
  19. Le Tintamarre, 20 août 1882. []
  20. Maître X., “Chronique des tribunaux”, Le Gaulois, 14 août 1882. []
  21. Le Rappel, 6 décembre 1882. []
  22. Libussa Slavenko, “Rosières et prix de vertu“, La Citoyenne, 12 mars 1882. []
  23. Alfred Barbou, “Mademoiselle Hubertine et les rosières“, La Presse, 14 mars 1882. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie II. Du procès de Salency à la multiplication des fêtes)

Les Rosières. [Par J.-B. Nougaret]. Sd, sn. Gallica (BnF).

Nous avons vu dans un précédent billet que le succès des couronnements de rosières au XIXe siècle a résulté d’une visite enthousiaste de Madame de Genlis à Salency en 1766, amplement relayée par les gazettes qui mirent ainsi la rosière picarde à l’honneur à la fin du XVIIIe siècle. Peintres, musiciens, poètes, écrivains,  célébrèrent la vertu pluriséculaire des jeunes filles de Salency, au grand dam d’esprits des Lumières tels que Grimm et Voltaire. Le Dictionnaire d’anecdotes, de traits singuliers et caractéristiques, historiettes, bons mots1 consacra par exemple au couronnement de Salency  un article de  trois pages, intitulé « fête remarquable », dans son édition de 1769. En 1771, Robert de Hesseln donna un article « Salency » pour le tome 6 du Dictionnaire universel de la France, contenant la description géographique et historique des provinces, de même que l’abbé de Courte-Épée dans L’Esprit de l’ Encyclopédie, ou Choix des articles les plus curieux… de ce grand dictionnaire…2. On inventa jusqu’à des éventails représentant le couronnement de la rosière3

J.-B. Nougaret, Les Rosières. Paris, F. Didot [début XIXe s]. Gallica (BnF).

I/ Reliques … la rosière de Salency ancrée dans la tradition des miracles médiévaux

Ce véritable battage médiatique semble avoir changé la donne et éveillé chez les habitants du village, qui reçoit désormais les visites de riches curieux, le désir d’ancrer plus profondément leurs traditions. C’est du moins le cas du Prieur Sauvel, le curé du village, qui en 1773 convainc sept Salenciens de demander des reliques de  saint Médard à l’évêque de Dijon, reliques que Salency réclamait semble-t-il depuis près de 70 ans4.  Après 8 jours de marche (soit environ 50 kilomètres par jour …), les sept hommes obtiennent une entrevue.  L’évêque  accepte la requête, et une châsse est bientôt transportée à Noyon5. La translation des reliques entre Noyon et Salency fait ensuite l’objet  d’un cérémonial très étudié qui mobilise la population les 11 et 12 janvier 1774. La fête de la rosière acquiert ainsi une véracité supplémentaire  avec des origines miraculeuses médiévales confirmées par une providentielle intercession : la relation mentionne que les Salenciens, trop impatients de recevoir les reliques, n’ont cure des intempéries hivernales, réparent la route et sont récompensés par un temps magnifique, bien sûr attribué à saint Médard.  Le récit de cette translation est aussi l’occasion de rappeler longuement l’organisation du couronnement de la rosière tel qu’il a eu lieu lors de la visite de Madame de Genlis et de l’aristocratie locale en 1766, et de le figer ainsi dans de nouvelles modalités.  La translation est décrite en détail : les habitants du village, selon ce texte, ont tous fait la route entre Salency et Noyon avec en tête le curé, accompagné par un nombreux clergé. Suivent « tous les Hommes et les Garçons tête nue » tenant un cierge et un livre de prières ou un chapelet :

À leur suite on voit la Rosière de l’année 1773, en habits blancs, portant sur la tête, la Couronne ornée du Cordon bleu, un cierge à la main, et suivie de trente-deux de ses compagnes, aussi vêtues de blanc, et décorées du Cordon bleu, en baudrier6.

Les femmes du village arrivent tout à la fin du cortège… Le cordon bleu est un rappel de la visite avortée de Louis XIII qui, selon la tradition rapportée, aurait annoncé sa visite, mais ne pouvant venir en raison d’une indisposition aurait fait envoyer une bague et son cordon bleu (ruban bleu ciel permettant d’arborer la croix de l’Ordre du Saint-Esprit).

Le curé de Noyon oppose ensuite dans son récit la piété des habitants de Salency à l’incrédulité potentielle des spectateurs. Résolument édifiant, ce passage nous renseigne toutefois – comme le fera Madame de Genlis dans ses souvenirs (voir billet précédent) – sur le fait qu’un certain nombre de contemporains ne sont pas favorables au couronnement des rosières :

La piété des bons habitants de Salency, qui la tête baissée, les yeux en pleurs, la joie peinte sur le visage, suivaient avec le plus profond respect ce Saint Dépôt, qui après avoir été si longtemps l’objet de leurs désirs, était pour lors celui de leur bonheur, se communique à tous les assistants  : elle touche leurs cœurs, et leur fait répandre des larmes. […] Tous dans l’admiration et le silence, bénissaient la Miséricorde Divine, d’avoir dans ce malheureux siècle d’incrédulité et de libertinage, procuré à cette ville, autrefois si recommandable par sa piété, un triomphe si glorieux, et si consolant pour la Religion. Tous sentirent renaître en eux cette foi vive, cette tendre dévotion, dont nos pères se faisaient honneur, et rendaient hommage à la vertu et à la ferveur de ces bonnes gens, qui avaient su si bien les attendrir et les édifier. En vain l’Impiété, se mêlant dans la foule, observe-t-elle de son œil méchant tous les détails de cette religieuse cérémonie : elle est réduite au silence, et son air déconcerté annonce sa défaite et son désespoir7.

Extrait de la Carte du diocèse de Noyon, divisé en ses neuf doyennés… Auteur : Janvier, Jean (17..-17..? ; éditeur). Date d’édition : 17?? Gallica (BnF).

L’installation des reliques à Salency nécessite ensuite huit jours (octave) de messes et processions, du matin au soir.

II/ Un procès retentissant entre le seigneur de Salency et les villageois

Quelques mois plus tard, un autre événement, qui n’est sans doute pas sans rapport avec le précédent, est à son tour très médiatisé. Le seigneur de Salency, Charles François Laurent Danré (1725-1800 ; ancien mousquetaire de la garde du roi et capitaine de dragons), décide de simplifier la cérémonie, de la dépouiller de sa récente ostentation religieuse, et s’en rétablit l’ordonnateur. Sa décision, aussitôt contestée par les habitants et le prieur, lui vaut durablement une réputation calamiteuse :

Les meilleures institutions sont souvent critiquées, ou par des hommes qui ne trouvent jamais rien de bien, ou par des jaloux qui blâment toutes les choses utiles, dont ils ne sont point les inventeurs. Mais aurait-on pensé que le seigneur même de Salenci s’élèverait contre l’établissement d’une fête aussi ancienne que la monarchie française ; qu’il entreprendrait d’en ternir l’éclat, qui rejaillissait jusque sur lui, et qu’il forcerait les habitants de sa terre à plaider pendant plusieurs mois, eux dont les procès et la chicane avaient sans cesse respecté l’honnêteté inaltérable et le paisible séjour ? C’est cependant ce qui arriva en 1774. Ce seigneur, qui connaissait si peu le précieux avantage dont il jouissait, manifesta tout-à-coup les plus étranges prétentions. Il se crut en droit de choisir la Rosière sans l’intervention des habitants de Salenci, et de lui poser la couronne sur la tête sans pompe et sans cérémonie. Il ne voulut pas que la Rosière se plaçât à l’église sur un prie-dieu. Il imagina qu’il était en droit de supprimer les tambours et la musique qui précédaient le cortège de la Rosière, et il soutint que la dépense de la fête, quoique extrêmement médiocre, pouvait être de beaucoup réduite. En vain on lui représenta la haute antiquité des usages qu’il lui prenait envie de réformer ; il ne voulut entendre aucune raison ; il en vint à faire soutenir ses prétendus droits par une escouade de maréchaussée ; il fallut recourir à la justice. Le bailliage royal de Chauny condamna toutes ces folles et absurdes prétentions, et fixa les règles pour la nomination de la Rosière, et l’ordre et la marche de la cérémonie, par sa sentence du 19 mai 17748.

Ce texte omet toutefois de préciser que le seigneur de Salency tente en réalité un retour à la tradition initiale. La venue de Mme de Genlis et du puissant intendant de Soissons (Louis Le Pelletier de Morfontaine, chevalier, conseiller du Roi en tous ses conseils) en 1766, en l’absence de Danré, seigneur de Salency, a fait que la cérémonie a été modifiée par le prieur, qui s’est donné un rôle prééminent, a ajouté un cortège de jeunes gens et jeunes filles à la rosière et de la musique. Les dépenses entraînées par la venue de Madame de Genlis en 1766 en font-elles craindre d’autres au seigneur de Salency ? Redoute-t-il dans sa seigneurie une influence croissante du prieur d’une part, et de l’intendant d’autre part ? Il semble en tout cas n’avoir guère trouvé de soutien face au prieur et à la population. Le récit démultiplié par les journaux et ouvrages des moindres modalités du couronnement de 1766 lui a conféré une valeur de tradition inaltérable. Le seigneur de Salency passe donc pour un « vautour », un « avare », un « chicaneur » selon les libelles9, lorsqu’il demande un retour à une cérémonie plus simple.

Il est difficile de savoir si tous les habitants de Salency se sont, comme le prétendent les textes contemporains, sentis lésés par un retour à la cérémonie antérieure. Le fait que le seigneur, pendant la Révolution, pourra sans souffrir d’hostilité demeurer au château tend à prouver que les Salenciens ne lui tenaient pas grand grief de l’épisode de la rosière. Produits soit par le cercle du prieur Sauvel, soit par des gens soucieux d’encourager une fête faisant de la vertu féminine un apanage rural et national, les documents imprimés témoignent en revanche d’une véritable vindicte contre M. Danré, qui tente pourtant vaillamment d’opposer des arguments à ses détracteurs.

Jean-Baptiste Huet, “Couronnement de la rosière“. Toile de Jouy. Fin XVIIIe. Textiles et tissus de la bibliothèque Forney (Paris).

III/ Une guerre de l’image et des libelles

Le premier acte voit une tentative du seigneur en 1774 de choisir lui-même la rosière, et de recourir à la force face à l’opposition rencontrée. Ses adversaires font alors appel au bailliage royal. Le lieutenant général de Chauny rend une sentence définitive au mois de mai, donnant raison en 16 articles aux pétitionnaires de Salency. Danré porte  l’affaire devant le Parlement en août. Les 54 pages de sa requête signifiée attribuent le désaccord au « ressentiment du prémontré, leur pasteur », et souligne que le prêtre Sauvel a profité de l’éclat particulier de la fête de 1766 pour tenter de créer un précédent et transformer une fête simple en festivité légère. Sa conception de la fête est rousseauiste (voir précédent billet), et il accuse le prêtre de succomber plutôt à la mode du marivaudage :

Il a cru que c’était être trop béat que de s’astreindre ainsi aux anciens rites ; la rosière accompagnée simplement de ses père et mère, et du Seigneur, au pied des autels, lui a paru trop isolée ; il a voulu qu’elle soit accompagnée d’une douzaine de garçons du plus beau choix, et d’une douzaine de jeunes filles lestement vêtues pour leur faire parallèle. Le son des cloches et de quelques instruments que le suppliant s’est souvent plu à y avoir, quand il en a eu les facilités, lui a paru aussi trop modeste ; il a voulu qu’aux risques de voir périr quelqu’un de ses villageois, par le peu d’usage et la mauvaise qualité de leurs armes, le bruit des armes à feu fût mêlé aux fanfares. Enfin, en moine adroit, et sous le prétexte spécieux que dépositaire du secret des consciences, il connaissait mieux que le seigneur de Salency les filles du village, et que d’ailleurs, le seigneur n’habitait pas toujours son château, il a insinué que son choix serait plus sûr, en le faisant dans trois filles du village que les habitants présenteraient, et qu’il se flattait, sans doute, de parvenir à leur faire nommer à son gré10.

Les arguments produits à l’appui de ses dires par Danré se fondent entre autres sur un « bail à cens authentique de 1671 » prévoyant le chapeau de roses, la bague et le ruban bleu pour la rosière. Danré explique que la fête a été certes instituée par saint Médard, mais que celui-ci agissait en tant que seigneur de Salency et non pas en prêtre. Si l’on ne peut ici reprendre toutes les arguties des uns et des autres, il est cependant intéressant de constater que l’un des points saillants du débat est constitué par une image substituée à une autre. En effet, le seigneur accuse le prêtre d’avoir enlevé un tableau ancien de la chapelle, représentant saint Médard couronnant sa sœur du fameux « chapeau de roses » pour « un tableau représentant lui Frère Sauvel, couronnant la rosière, à côté de laquelle sont placés sur deux lignes, douze jeunes filles et douze jeunes garçons11.”

Le plaidoyer des habitants, apparemment largement dicté par Sauvel, écarte le bail produit et s’obstine à faire de la cérémonie de 1766 à laquelle assistaient l’intendant et M. et Mme de Genlis une indiscutable référence. La question des deux images revient de manière obsessionnelle dans ce texte. Une première allusion fait du seigneur un veuf cynique, sans mémoire et sans vertu :

On voyait, il y a quelques années dans la chapelle de saint Médard, un tableau dans lequel le prélat, revêtu de ses habits pontificaux, couronnait sa sœur agenouillée aux marches de l’autel. Ce tableau déchiré tombait en lambeaux. Il fut ôté en 1767. Un simple tapis vert en occupa la place pendant cinq ans, sans que personne ait réclamé. Les habitants désirèrent qu’un autre tableau fût posé. Le seigneur de Salency le sut ; il le désira lui-même. Sa première épouse, dont on ne parle encore à Salency qu’avec larmes, contribua à la dépense. On fit une quête dans la paroisse, et, en 1772, fut substitué à l’ancien tableau celui que le seigneur demande aujourd’hui qu’on arrache pour remettre aux frais des habitants le premier que le temps a détruit12.

Le nouveau tableau, selon Sauvel et ses soutiens, rappellerait un moment-clé de l’histoire du couronnement de la rosière,  la venue à Salency du marquis de Gordes, à la place de Louis XIII souffrant (voir plus haut) :

C’est ce moment de gloire pour Salency qui est représenté dans le nouveau tableau qui décore aujourd’hui la chapelle de saint Médard. On y voit le marquis de Gordes, le seigneur de Salency, la rosière et sa suite, le curé officiant qui tient la couronne de roses. Si la cure de Salency n’était pas depuis longtemps entre les mains des Prémontrés, et si le curé n’était pas représenté avec les signes de son ordre, cela eût épargné au sieur Danré la ridicule et très-fausse allégation que le sieur SauveI, curé actuel, s’est fait peindre lui-même13.

De cette bataille des images et des libelles, Danré sort perdant. Le souvenir de la visite de Madame de Genlis fait du couronnement de 1766 un socle mémoriel, conforté par la translation des reliques. Ce souvenir a donc valeur d’icône. De surcroît, Sauvel a habilement demandé à la comtesse de Genlis son soutien, et celle-ci aurait aidé à la rédaction du mémoire et obtenu pour Salency la protection de la reine Marie-Antoinette. Le plaidoyer sera d’ailleurs érigé en modèle de plaidoirie au XIXe siècle 14

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir.

La cause est plaidée par M. Target dans la grand Chambre pendant quatre audiences consécutives, devant un public considérable. En décembre 1774, le seigneur de Salency est condamné à tous les dépens, ainsi qu’aux frais de l’impression et affiche de l’arrêt donnant raison à Sauvel et aux habitants. Le retentissement de cette affaire est national. L’Année littéraire a par exemple publié la plaidoirie de Maître Target et une lettre de M. Portelance, extrêmement critique quant au comportement de son beau-frère, le seigneur de Salency15. La Requête des filles de Salency à la Reine, par M. Blin de Sainmore, au sujet de la contestation qui s’est élevée entre le seigneur & les habitans de cette paroisse, relativement à la fête de la Rose 16 a également un retentissement certain :

De nos hameaux déesse tutélaire,

Vous qui joignez , habile en l’art de plaire,

L’éclat piquant des grâces de la cour

Au cœur naïf d’une simple bergère

Vous, des Français l’espérance et l’amour,

Que Vienne pleure et que Paris adore,

Protégez-nous : Salenci vous implore.

Du ravisseur de nos antiques droits,

Auguste reine, accourez nous défendre.

Pourriez-vous bien être sourde à nos voix17 ?

Requête des filles de Salency à la Reine, par M. Blin de Sainmore, au sujet de la contestation qui s’est élevée entre le seigneur & les habitans de cette paroisse, relativement à la fête de la Rose. Paris, 1774. Gallica (BnF).

 

IV/ Une floraison de rosières

La visite de Madame de Genlis à Salency avait entraîné une mode de la rosière dans les arts que le procès fortifie encore. Boizot, le sculpteur qui introduit à la Manufacture de Sèvres des œuvres dont les sujets sont liés aux événements contemporains, comme L’Hymen célébrant le mariage du Dauphin avec Marie-Antoinette, ou La Fête des bonnes gens18 propose en 1776 un groupe sculpté en biscuit représentant le Couronnement de la rosière19. Ces différents événements, la mode rousseauiste de la fête villageoise comprise non pas dans le sens d’un retour à la simplicité – comme le souhaitait Danré – mais de festivités parfois somptueuses, entraînent donc la création de couronnements de rosières dans différentes localités. Il s’agit parfois de traditions pré-existantes et revisitées. Le plus souvent, ces couronnements font l’objet de rentes perpétuelles par de riches fondateurs et sont placés sous l’autorité conjointe de l’Église et des syndics (le prêtre de la paroisse choisit plusieurs jeunes filles vertueuses après enquête sur leur réputation, et le syndic en retient une). Cinquante années après la visite de Madame de Genlis à Salency, J.B. Nougaret peut recenser les rosières suivantes20 :

  • Rosière de Canon-les-Bonnes-Gens
  • Rosière de Briquebec
  • Rosière de Saint-Sauveur-le-Vicomte
  • La fête de la Rose célébrée à la Falaise
  • Rosière de Saint-Nicolas, paroisse de la ville d’Angers
  • Rosières des environs de Paris : Suresnes, Romainville
  • Rosières dans Paris :  Saint-Séverin, Saint-Eustache
  • Rosière à l’occasion du mariage de Mgr le duc de Berry [ie Saint-Denis]

Parmi ces nouveaux couronnements, on retiendra celui de Canon-les-Bonnes-Gens (aujourd’hui Mézidon-Canon, Calvados) :

Canon (jadis Canon aux Vignes ou Canon les Bonnes-Gens), est une petite commune de l’arrondissement de Lisieux et du canton de Mézidon. Le célèbre avocat Élie de Beaumont y fît bâtir vers 1770, un beau château qui subsiste encore. Il était intendant des finances du comte d’Artois, depuis Charles X, et lié avec les hommes les plus distingués de la littérature et du barreau. La Harpe, les deux Lacretelle, Target, l’abbé Lemonnier, de Sèze, l’abbé de Boulogne, l’abbé de Vauxcelles, Delacroix, d’autres notabilités du temps se réunissaient chez lui, pendant les beaux jours des vacances. À l’occasion de la grossesse de la comtesse d’Artois (qui, le 6 août 1775, accoucha du duc d’Angoulême), M. et Mme de Beaumont, d’accord avec les Religieux de Sainte-Barbe-en-Auge, seigneurs de Mézidon, et avec Morin du Mesnil, père de Mme de Beaumont et seigneur du Vieux-Fumé, voulurent fonder une Rosière à Canon.

Aux termes de l’acte de fondation du 10 février 1775 et du règlement, approuvés par lettres patentes et enregistrés au Parlement de Rouen, les trois communes de Canon, du Vieux-Fumé et de Mézidon concouraient par vingt électeurs, au choix d’une Bonne Fille, d’une Bonne Mère, d’un Bon Vieillard et d’un jeune homme Bon Chef de famille. Ainsi, on vit couronner, en 1775, un vieillard de près de 80 ans, nommé Pierre Lemonnier, père de 6 enfants et de 23 petits-fils, digne chef d’une digne famille ; en 1776, un jeune homme, Duret, qui, depuis l’âge de 15 ans, s’était trouvé chef de sa famille et en était devenu le père. C’était trop de mérites et de vertus réunis, encore que l’on ne distribuât que deux prix chaque année. On avait, d’ailleurs, forcé et faussé certaines notes, en voulant les rendre trop éclatantes. C’est ainsi que la Bonne Mère devait avoir trois enfants vivants, n’avoir jamais porté d’ornements frivoles (c’est-à-dire, probablement, de ces bijoux normands, si recherchés aujourd’hui par nos dames), avoir « détourné son mari d’avoir des procès ! » Le comte d’Artois avait porté les deux cordons bleus dont on décorait les élus. Le vieillard était couronné d’épis de blé, la mère de famille d’immortelles, la jeune fille de roses, le jeune chef d’épis et de glands. Le premier couronnement eut lieu le 24 septembre 1775. Les abbés de Vauxcelles, Lemonnier et de Boulogne, depuis évêque, prêchèrent à ces fêtes qui attiraient une foule énorme. On y vint même d’Angleterre. Mme de Beaumont et Target, le célèbre avocat-académicien, y chantèrent des couplets. La peinture, la gravure, la poésie, les journaux y firent écho21.

On a parfois considéré que la fête de Canon-les-Bonnes-Gens 22 a proposé là, avec le « bon chef de famille » un des premiers modèles de ce que l’on appellera au XIXe siècle le « rosier ». L’abbé Lemonnier consacre dès 1777 plusieurs lettres très édifiantes à sa découverte des « bonnes gens » et aux cérémonies23. Il y donne les motifs d’éligibilité de la bonne-fille, de la bonne-mère, du bon chef-de-famille et du bon-vieillard, ce qui permet de constater que les récompenses allant aux hommes et aux femmes ne couronnent pas les mêmes vertus, et qu’une des différenciations essentielles est celle de la sexualité et de l’âge. En effet, la bonne-fille doit entre autres critères avoir entre 18 et 30 ans et pouvoir se prévaloir « de mœurs et de conduite irréprochable », tandis qu’il est demandé au bon-chef de famille d’avoir entre 20 et 45 ans et d’être marié et/ou d’avoir charge de famille (frères et sœurs ; etc.). Il n’existe apparemment pas de bonne-vieillarde, la bonne-mère en faisant peut-être office !

Médailles de Canon. Léon de La Sicotière, “Les Rosières en Basse-Normandie“. Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne, 1884, t.3. Gallica (BnF)

 

Lorsqu’il rédige son historique des rosières vers 1817, Nougaret24 est dans la déploration, car selon lui, plusieurs fêtes ont disparu « à cause des affreux malheurs qui ont pesé sur la France ».  Cette affirmation est à nuancer. Le culte de la vertu versus rosière (ie la virginité) a participé au substrat du culte de la vertu républicaine (ie la sagesse), et la mythologie révolutionnaire y a puisé volontiers.

Discours sur la virginité, prononcé à la cérémonie du couronnement de la première rosière de S… [Texte imprimé] par M. C. de La Néronière,… Angers, Impr. de C.-P. Mame, 1780. Cote : LI31-219. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. BnF.

Toutefois, la vertu imposée par le clergé aux jeunes gens, et surtout aux jeunes filles, et ainsi mise en scène, semble avoir été vécue très tôt comme une immixtion dans la vie privée et/ou une manifestation de grande crédulité  :

De tous les moyens propres à encourager les pauvres au travail, celui qui fera sur eux le plus d’impression, sera d’unir ensemble chaque année par les liens sacrés du mariage quelques couples choisis parmi les garçons et les filles qui par leurs bonnes mœurs, leur sage conduite, & leur application au travail auront paru mériter cette distinction. On aura soin de donner à cette cérémonie une sorte d’appareil, et les Administrateurs ne manqueront point de l’honorer de leur présence. Les dots se prendront sur le Patrimoine paroissial. On observera toujours  de les appliquer aux filles les plus laborieuses et les plus sages ; leur mariage sera un Prix de diligence autant que de sagesse. Je ne puis souscrire à la manie qui nous gagne d’imiter de toutes parts la Rosière de Salency, excellent original sans doute, mais propre à faire de mauvaises copies. La mode s’introduit de ne fonder des Prix que pour la plus vertueuse, & l’on néglige la plus active; vous prétendez couronner la vertu, & souvent vous ne couronnez que l’hypocrisie25.

Illustration.de  Les Rosières. [Par J.-B. Nougaret]. Sd. Gallica (BnF).

 

On verra dans le prochain billet  que le XIXe siècle accroît encore cet écart entre des responsables religieux ou politiques désireux d’offrir des modèles de vertu féminins dans des cadres délimités et des artistes ou intellectuels très dubitatifs quant à la finalité d’une chasteté ainsi prétendument régulée et imposée aux femmes les plus modestes.

=> Pour aller plus loin, on pourra lire entre autres :

William R. Everdell, “The Rosieres Movement, 1766-1789 :  A Clerical Precursor of the Revolutionary Cults.” French Historical Studies, vol. 9, no. 1, 1975, pp. 23–36.

Dominique Godineau, “De la rosière à la tricoteuse : les représentations de la femme du peuple à la fin de l’Ancien Régime et pendant la Révolution», Études, Revolution française.net, mis en ligne le 1er mai 2008.

Sarah Maza,  “The Rose-Girl of Salency : Representations of Virtue in Prerevolutionary France.” Eighteenth-Century Studies, vol. 22, no. 3, 1989, pp. 395–412.

René Pagel, Bibliographie noyonnaise ; suivie de la Bibliographie de la Rosière de Salency, publiées sous les auspices du Comité archéologique et historique de Noyon.  Auch, 1903.

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie II. Du procès de Salency à la multiplication des fêtes)," in L'Histoire à la BnF, 10/03/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/6320, [consulté le 25/05/2019].

 

  1. Dictionnaire d’anecdotes, de traits singuliers et caractéristiques, historiettes, bons mots… [Par H. Lacombe de Prezel.]. Paris, La Combe, 1769. []
  2. L’Esprit de l’ Encyclopédie, ou Choix des articles les plus curieux… de ce grand dictionnaire… [Par l’abbé J. de La Porte.] Paris, Briasson, 1771. []
  3. Voir par exemple au musée Galliera :  cet éventail et cet autre éventail. []
  4. Voir la Relation ou Détail historique de la concession d’une portion du corps de S. Médard, faite par monseigneur l’évêque et le chapitre de Dijon à la paroisse de Salency … par Nicolas-Adrien Roger. Noyon, P. Rocher, 1774. Selon ce récit, les reliques de saint Médard – mort à Noyon -, transférées près de Soissons pour la construction de l’abbaye de Saint-Médard, ont été  transportées à Dijon lors d’invasions. []
  5. Voir Relation ou Détail historique de la concession d’une portion du corps de S. Médard, op.cit.. On trouve aussi un bref récit du séjour à Dijon dans la Lettre de M. de*** sur les rosières de Salency et les autres établissements semblables, op. cit. L’actuelle châsse contenant ces reliques à Salency est visible ici. []
  6. Relation ou Détail historique de la concession d’une portion du corps de S. Médard, faite par monseigneur l’évêque et le chapitre de Dijon à la paroisse de Salency, op. cit.  []
  7. Ibid. []
  8. J.-B. Nougaret, Les rosières. Paris, F. Didot, sd. []
  9. C’est ce que déclare le seigneur de Salency dans son plaidoyer, cf. infra. []
  10. Requête signifiée pour le seigneur de Salency, au sujet de la rosière. Paris, Impr. de C. Simon, 1774. []
  11. Requête signifiée pour le seigneur de Salency, au sujet de la rosière. Op.cit. []
  12. Plaidoyer en faveur de la rosière, pour les syndic et habitants du village de Salancy (Salency) contre le sieur Danré, seigneur dudit Salancy. [Texte imprimé] / (Signé : Target.). Paris, Knapen, 1774. []
  13. Ibid) []
  14. Voir Pierre Antoine Berryer, Leçons et modèles d’éloquence judiciaire. Paris, L’Henry, 1858. []
  15. Lettre de M. Portelance à M. Target […]. L’Année littéraire, 1774, tome 8. []
  16. Paris, Delalain et Monori, 1774. []
  17. Ibid []
  18. Florence Fesneau, La Manufacture des Lumières : la sculpture à Sèvres de Louis XV à la Révolution“, en ligne sur le GRHAM (Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne), 2015. []
  19. On peut le voir ici. []
  20. J.-B. Nougaret, Les Rosières, sd [vers 1817], sn. []
  21. Léon de La Sicotière, “Les Rosières en Basse-Normandie“. Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne, 1884, t.3. []
  22. Pour en savoir plus sur cette fête, voir “La fête des bonnes gens de Canon“, 2009, sur le Blogzine de l’Association d’histoire du canton de Mézidon-Canon. []
  23. Guillaume-Antoine Lemonnier, Fêtes des bonnes gens de Canon et des rosières de Briquebec. Avignon, Le Monnier, 1777. []
  24. J.B. Nougaret, Les Rosières, op. cit. []
  25. Pierre-Claude Malvaux, Les moyens de détruire la mendicité en France , en rendant les mendiants utiles à l’État sans les rendre malheureux ; tirés des mémoires qui ont concouru pour le prix accordé en l’année 1777, par l’Académie des sciences, arts & belles lettres de Chaalons-sur-Marne. Nouvelle édition, revue, corrigée & augmentée. Chaalons-sur-Marne. Chez Seneuze, imprimeur du Roi & de l’Académie,1780. page 329. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Journée internationale des droits des femmes 2019 : le blog L’Histoire à la BnF vous conseille …

Nous vous avions conseillé en 2017 des sources pour l’histoire des femmes : ce billet est à relire ici.

Vous désirez chercher des femmes dans les collections numérisées par la BnF ? Nous vous avons indiqué comment mener des recherches dans Gallica ici. Nous vous suggérons aussi de lire sur le blog Gallica (Bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires) le billet Sur la trace des pionnières de Gallica : vous y trouverez grâce à des conseils et des tutoriels toutes sortes de recettes pour rencontrer des femmes connues ou anonymes grâce aux documents numérisés par les Archives et les Bibliothèques.

Sur le blog Gallica, vous découvrirez différents portraits de femmes et exemples de conquêtes de droits pour les femmes :

Femmes de lettres sans corps dans le Panthéon Nadar / Femmes de Lettres : Françoise Cahen et Celia Guerrieri / Les Sonnets de Louise Labé / Madame de Staël / Marie-Louise Gagneur / Clémence Robert / Femmes de lettres anglaises / Georges Sand et la presse / Colette journaliste / Louise Michel une femme libre au bagne / Louise Weiss/ Nicole Girard-Mangin, médecin et suffragette / Lutte pour les droits des femmes au 19e siècle / Femmes puissantes / Les femmes pionnières de la conquête de l’air

Le droit au voyage est un des progrès importants obtenus par les femmes.  Bertrand Tassou a publié en 2018 sur ce blog « Voyager seule : 150 ans de clichés ». Le blog Gallica entame aujourd’hui une série de billets intitulée “Voyageuses” : vous pouvez  en découvrir le premier épisode ici.

Le blog L’ Antiquité à la BnF vous convie à découvrir « Les femmes dans « L’ Antiquité à la BnF » : les femmes sont tour à tour depuis l’ Antiquité jusqu’à nos jours, reines, déesses, autrices et actrices de la recherche …

La route est longue pour les femmes … Vous découvrirez ici le premier billet d’une série consacrée sur ce blog aux rosières, des jeunes femmes “vertueuses”…

G. Lafosse, La fête de Nanterre,  Le Journal amusant, 1er juin 1907. Gallica (BnF).

 

 

 

Citer ce billet : Blog Histoire, "Journée internationale des droits des femmes 2019 : le blog L’Histoire à la BnF vous conseille …," in L'Histoire à la BnF, 07/03/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7144, [consulté le 25/05/2019].

 

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)

«La rosière de Salency“. Estampe, seconde moitié du XIXe siècle; Coll. Jaquet. Gallica (BnF).

Racontant sa visite à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), où il a vu une exposition de roses, Adrien Marx souligne en 1866 :

Tous les ans, le maire de cette localité couronne, vers le 8 juillet, non pas des rosières, mais des rosiéristes, deux produits qu’il ne faut pas confondre. La rosière passe son temps à dire à ses contemporains : Vous n’aurez pas ma rose. Les rosiéristes, au contraire, offrent les leurs à qui les veut acheter.

Pour prix de son humeur sauvage, la rosière reçoit une timbale (sans macaroni) et un certificat de vertu farouche. En récompense de ses recherches, le rosiériste palpe une médaille et encaisse un toast, au banquet du soir, entre le veau froid et la tourte au fromage.

Mais je ne veux point poursuivre ce parallèle. L’industrie de la rosière étant fort connue, et celle des rosiéristes l’étant moins, je passe à cette dernière, certain d’édifier les dîneurs de la taverne américaine sur des phénomènes nouveaux pour eux1.

Quatre années plus tôt, dans l’article « rosière »  d’un ouvrage intitulé Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes, Galoppe d’Onquaire indiquait : « l’on sait que Nanterre, qui avait ses fromages et ses galettes, y a joint, depuis longtemps, l’entreprise des rosières2».

La cérémonie du couronnement des rosières a connu au XIXe siècle un véritable effet de mode. « Il pleut des rosières » constate Jules Noriac en 18743 ! Si cette fête a des origines religieuses anciennes, elle prend aussi parfois des allures républicaines. Écrivains, humoristes, chansonniers, agacés ou amusés  s’en donnent à cœur joie et parodient les écrits édifiants louant les jeunes filles « vertueuses ». Les couronnements de rosières disparaissent pour la plupart au XXe siècle, non sans avoir suscité l’intérêt des cinéastes, documentaristes, ethnologues, etc., qui en ont ainsi fixé le souvenir.

Continuer la lecture de Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)

  1. Adrien Marx, Indiscrétions parisiennes. Paris, A. Faure, 1866. []
  2. Galoppe d’Onquaire, Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes. Paris, Amyot, 1862. []
  3. Jules Noriac, «Courrier de Paris», Le Monde illustré, 4 juillet 1874. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

CONFÉRENCE 23 JANVIER 18H30 AGRIPPINE, MÈRE DE NÉRON : UNE FEMME À LA TÊTE DE L’EMPIRE ROMAIN

23 janvier à 18h30 : Conférence: « Agrippine, mère de Néron : une femme à la tête de l’empire romain » par Mme. Virginie Girod, docteure de l’Université Paris-Sorbonne (Histoire romaine).

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique autour des femmes de pouvoir.

À lire sur le blog L’Antiquité à la BnF

1848 et la “foire aux idées nouvelles” (Partie II).

Dans un précédent billet, j’évoquais le charivari orchestré à partir des idées des socialistes « utopiques » de 1848, et comment il s’est concentré autour de Cabet, Considerant, Leroux et Proudhon. Ces quatre « meneurs », désormais accompagnés de symboles récurrents comme la queue terminée par un œil de Considerant, ou par exemple  la redingote crasseuse et le peuplier de Leroux, obtiennent dans la presse satirique une place proportionnelle à leur présence à l’Assemblée et/ou à leurs écrits dont l’inventivité stimule parodie et imagination. Nous verrons dans ce billet comment les caricaturistes oscillent entre stigmatisation et sacralisation des utopistes, allant jusqu’à présenter leurs écrits comme une nouvelle religion.  Puis nous nous demanderons de qui ou de quoi l’on se moque précisément dans ces caricatures.

Continuer la lecture de 1848 et la “foire aux idées nouvelles” (Partie II).

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Des sources pour l’histoire des femmes : un guide de la Bibliothèque nationale de France à (re)découvrir

L’histoire des femmes est une histoire protéiforme et pluridisciplinaire qu’il est malaisé d’aborder quand on ne connaît pas toutes les ressources à disposition. À la Bibliothèque nationale de France (BnF), la quantité et la multiplicité des documents, de leurs supports et de leurs modes d’entrée permettent de disposer de fonds très riches et variés sur les femmes et leur histoire. La dissémination des sources, réparties entre plusieurs sites et départements,  constitue toutefois une difficulté supplémentaire pour les chercheurs. C’est pour les aider à s’y retrouver que la BnF publie en 2004 le guide Des sources pour l’histoire des femmes.

Des sources pour l’histoire des femmes : guide. coord. Annick Tillier avec collab. Odile Faliu. Paris, BnF, 2004. 203 p.

Continuer la lecture de Des sources pour l’histoire des femmes : un guide de la Bibliothèque nationale de France à (re)découvrir