Archives par mot-clé : historiens

Almanach du chercheur associé – II. Jour de colloque !

La thèse que j’ai consacrée au républicain et chimiste François-Vincent Raspail (1794-1878)1 m’a permis de découvrir le rôle éducatif des almanachs dans la société du XIXe siècle. En effet, Raspail avait compris qu’avec ses almanachs politiques ou scientifiques, il pouvait émanciper le « peuple » grâce à l’instruction.

Lors de l’appel à chercheurs associés lancé par la BnF en 2018, j’ai proposé l’axe de recherche suivant : Par sa diffusion au moyen du colportage, l’almanach peut-il être vu comme un instrument majeur dans l’apprentissage des savoirs en France de la Restauration à la veille de la Première Guerre mondiale ? À la suite des travaux de Jacques Rancière, peut-on évaluer la fonction émancipatrice des almanachs dans la société française ? Mon projet a été retenu, et j’ai la chance de le développer depuis l’automne  dernier (voir les billets précédents).

Continuer la lecture de Almanach du chercheur associé – II. Jour de colloque !

  1. Voir Les républiques de François‐Vincent Raspail : entre mythes et réalité, thèse soutenue par  par Jonathan Barbier sous la direction de Natalie Petiteau – Avignon, 2016. []

Almanach d’un chercheur associé – I. Premier jour…

 

Tour des Temps (T1), Bibliothèque nationale de France. Site François Mitterrand (Dominique Perrault)

26 octobre 2018 : premier jour à la BnF


La date du 26 octobre 2018 correspond à mon premier jour de travail à la BnF. Ma référente vient à ma rencontre dans la Tour des Temps, puis me fait visiter les « coulisses » de la BnF, c’est-à-dire tout ce qui n’est pas accessible au public. J’ai l’impression d’entrer dans le cœur d’une gigantesque machine. Première surprise, tout est informatisé ! Pour pousser la moindre porte, il faut avoir un badge magnétique à son nom. Vient ensuite la découverte des longs couloirs blancs ponctués de repères colorés pour identifier chacune des quatre tours. On passe alors devant le service postal, les bureaux du dépôt légal et surtout on lève la tête pour voir ces étranges nacelles bleues qui acheminent des livres d’un bout à l’autre de la bibliothèque, le long d’un rail métallique. Si tu ne viens pas au livre, le livre vient à toi à la BnF ! Dans ce vaisseau métallique, je prends mes marques dans le département Philosophie, histoire, sciences de l’Homme.

 

 

Le chef du service Histoire m’accueille et me montre, pour la première fois, la collection d’almanachs de la BnF. Dans les magasins, j’ai la sensation de me trouver face à un continent de papier inconnu. Je comprends que je vais devoir explorer un îlot de cet immense territoire. Mon terrain d’enquête initial sera le fonds « Almanachs » 8-V-529 (à prononcer octavo U 529). Il contient plus de 600 références d’almanachs datant de la période contemporaine. Un tel volume me donnera un bon aperçu de la diversité de ces imprimés. Pour me repérer dans tous ces exemplaires, il faut utiliser les fiches cartonnées des différentes cotes des documents, rangées dans un tiroir en bois, de ces vieux meubles qui apparaissent aujourd’hui obsolètes avec la généralisation des moteurs de recherche sur Internet, mais offrent en réalité toujours de magnifiques trouvailles pour le chercheur !

 

 

Mon premier travail consistera donc à transcrire les informations de ces fiches cartonnées dans un fichier Excel. Ce document informatique me servira de base pour analyser la pluralité des langues, éditeurs, auteurs, dates, titres de ces almanachs. Par ailleurs, il pourra être un outil pour les bibliothécaires dans la mesure où il harmonisera les données des fiches avec celles qui ont été entrées dans le catalogue général de la BnF. L’exploration des almanachs de la BnF peut alors commencer ! 

Publicité pour les almanachs de 1852 édités par l’imprimerie Aubert. Le Journal pour rire, 7 novembre 1851.

ASTUCE !
Retrouvez l’intégralité de mes billets sur le carnet grâce au mot-clé « Almanach d’un chercheur associé »

Citer ce billet : Jonathan BARBIER, "Almanach d’un chercheur associé – I. Premier jour…," in L'Histoire à la BnF, 03/05/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7284, [consulté le 12/11/2019].

Almanach d’un chercheur associé – Présentation

Un petit mot de présentation


Chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France (BnF) ? Que peut bien signifier ce statut ?

Depuis que je suis chercheur associé à la BnF, j’ai été confronté à de nombreuses reprises à ces interrogations venant de proches et d’amis. Ce journal de bord se veut une réponse à tous ces questionnements. Il a pour objectif de faire comprendre au grand public les échanges qui existent entre cette bibliothèque et le monde universitaire. Il ne vise pas à définir le travail du chercheur associé d’une manière générale et théorique mais rend compte de l’expérience singulière, empirique et subjective d’un chercheur associé parmi d’autres.

Cham, Almanach comique. Paris : Lith. Ch Fernique , 1866. [Affiche]. Médiathèque de Chaumont

Depuis mes années de Master, j’ai toujours été fasciné par la BnF. D’où vient cette attirance ? Un goût prononcé pour l’atmosphère des bibliothèques ? Un plaisir à consulter des sources ou à visiter les expositions temporaires dans ce lieu dédié à la connaissance ? Une envie « provinciale » de découvrir l’effervescence culturelle parisienne ? Un logo percutant qui tape dans l’œil d’un jeune historien ? C’est sans doute un peu tout cela qui m’a conduit à vouloir explorer cette année les coulisses de la Bibliothèque nationale de France. Après un doctorat en histoire contemporaine, il m’a semblé opportun de vivre cette aventure unique ! Ayant manipulé, dans le cadre de ma thèse ces curieux imprimés que sont les almanachs, il m’a paru naturel de répondre à l’appel à chercheurs de la BnF 2018-2019 qui proposait, notamment, un sujet de recherche consacré à l’éducation du « peuple » dans les almanachs du XIXe siècle. J’ai alors été accueilli en octobre dernier par l’équipe du département Philosophie, histoire, sciences de l’Homme (PHS), installé sur le site de Tolbiac (ceci fera l’objet d’une prochaine chronique !).

Je vous proposerai donc au fil de mes futurs billets une plongée dans l’univers pédagogique, drôle et coloré de ces petits livrets. Humeur du jour, focus sur un document d’archives, moments vécus…Voici en quelque sorte le programme de ce “blog” ou plutôt, si je puis dire, de cet almanach d’un chercheur associé !


BONNE LECTURE !


ASTUCE !
Retrouvez l’intégralité de mes billets sur le carnet grâce au mot-clé “Almanach d’un chercheur associé”

Citer ce billet : Jonathan BARBIER, "Almanach d’un chercheur associé – Présentation," in L'Histoire à la BnF, 08/04/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7279, [consulté le 12/11/2019].

Journée internationale des droits des femmes 2019 : le blog L’Histoire à la BnF vous conseille …

Nous vous avions conseillé en 2017 des sources pour l’histoire des femmes : ce billet est à relire ici.

Vous désirez chercher des femmes dans les collections numérisées par la BnF ? Nous vous avons indiqué comment mener des recherches dans Gallica ici. Nous vous suggérons aussi de lire sur le blog Gallica (Bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires) le billet Sur la trace des pionnières de Gallica : vous y trouverez grâce à des conseils et des tutoriels toutes sortes de recettes pour rencontrer des femmes connues ou anonymes grâce aux documents numérisés par les Archives et les Bibliothèques.

Sur le blog Gallica, vous découvrirez différents portraits de femmes et exemples de conquêtes de droits pour les femmes :

Femmes de lettres sans corps dans le Panthéon Nadar / Femmes de Lettres : Françoise Cahen et Celia Guerrieri / Les Sonnets de Louise Labé / Madame de Staël / Marie-Louise Gagneur / Clémence Robert / Femmes de lettres anglaises / Georges Sand et la presse / Colette journaliste / Louise Michel une femme libre au bagne / Louise Weiss/ Nicole Girard-Mangin, médecin et suffragette / Lutte pour les droits des femmes au 19e siècle / Femmes puissantes / Les femmes pionnières de la conquête de l’air

Le droit au voyage est un des progrès importants obtenus par les femmes.  Bertrand Tassou a publié en 2018 sur ce blog « Voyager seule : 150 ans de clichés ». Le blog Gallica entame aujourd’hui une série de billets intitulée “Voyageuses” : vous pouvez  en découvrir le premier épisode ici.

Le blog L’ Antiquité à la BnF vous convie à découvrir « Les femmes dans « L’ Antiquité à la BnF » : les femmes sont tour à tour depuis l’ Antiquité jusqu’à nos jours, reines, déesses, autrices et actrices de la recherche …

La route est longue pour les femmes … Vous découvrirez ici le premier billet d’une série consacrée sur ce blog aux rosières, des jeunes femmes “vertueuses”…

G. Lafosse, La fête de Nanterre,  Le Journal amusant, 1er juin 1907. Gallica (BnF).

 

 

 

Citer ce billet : Blog Histoire, "Journée internationale des droits des femmes 2019 : le blog L’Histoire à la BnF vous conseille …," in L'Histoire à la BnF, 07/03/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7144, [consulté le 12/11/2019].

 

Décès de l’historien Michel Vovelle – 6 oct. 2018

Michel Vovelle, grand historien de la Révolution française, est décédé le 6 octobre dernier1, mais son travail et sa voix continuent de vivre dans les collections de la BnF.

Éminent spécialiste de la Révolution française, il fut professeur d’histoire de la Révolution française à la Sorbonne, puis de 1982 à 1993, directeur de l’Institut d’histoire de la Révolution française (IHRF) qui lui rend hommage dans cet article. Il a d’ailleurs légué sa bibliothèque personnelle au centre de documentation de l’IHRF en 20142. En 1984, dans le cadre de sa mission pour le Bicentenaire, il fut nommé président du conseil scientifique et technique du Musée de la Révolution française, alors fraîchement ouvert.

Continuer la lecture de Décès de l’historien Michel Vovelle – 6 oct. 2018
  1. “L’historien Michel Vovelle est mort”, Thomas Vincy in Livre Hebdo, 8 oct. 2018 : “L’historien Michel Vovelle, spécialiste de la Révolution française, est mort”, Antoine Flandrin in Le Monde, 7 oct. 2018 []
  2. La bibliothèque de l’Institut d’histoire de la Révolution française a reçu en 2017 le label CollEx. []

Vidal de la Blache, un historien au service de la géographie

Cent ans après sa mort, Paul Vidal de la Blache (1845 – 1918), considéré comme le fondateur de l’École française de géographie, reste une figure marquante mais méconnue de la géographie hexagonale. Ainsi Les Mots de la géographie proposent une entrée « vidalien » en précisant que Vidal de La Blache est le « seul géographe français à avoir donné naissance à un nom commun : on est vidalien si l’on s’inscrit dans la ligne du maître. Mais ” vidalisme ” n’existe pas, il s’agit donc d’une tendance intellectuelle et non d’un apostolat affirmé ». Et Vidal de la Blache continue à être matière à débats : il a ainsi dans le Dictionnaire de la géographie de Jacques Levy et Michel Lussault (nouvelle édition, 2013) deux entrées à son nom. L’une, peu élogieuse, lui reconnaît cependant le mérite d’avoir fait « d’une spécialité, déjà bien présente dans les univers de l’école et de l’exploration coloniale, une discipline universitaire reconnue », même s’il s’agit d’« une géographie d’État » ; l’autre, plus flatteuse, précise qu’« il faut encore relire cette œuvre et la replacer dans son contexte afin de percer à travers la masse de stéréotypes qui la noient ».

Paul Marie Vidal de la Blache] [Image fixe] / J. Geiser. Département Société de Géographie, SG PORTRAIT-1065. BnF (Gallica).

C’est que Vidal de la Blache apparaît comme un pur produit de la III e République naissante. Comme le remarque son biographe André-Louis Sanguin :

Au cours de sa carrière, il développa une sorte de schéma personnel  “républicaniste” en parfait accord avec la France de l’époque : libéralisme teinté de solidarité sociale, nationalisme, colonialisme, ruralisme fidèle au terroir, foi dans la science et le progrès, pragmatisme face aux problèmes1.

Vidal de La Blache : 1845-1918 : un génie de la géographie / par André-Louis Sanguin. Paris, Belin, 1993. BnF, Département Philosophie, Histoire, sciences de l’homme.

Or la vie de Vidal, c’est avant tout son enseignement et son œuvre. Historien de formation, il s’oriente dès le début des années 1870 vers la géographie avec un poste à l’Université de Nancy. Il vient ensuite à Paris où il enseignera à l’École Normale Supérieure puis à la Sorbonne. Il aura entre autres comme élèves Albert Demangeon2, Emmanuel de Martonne qui deviendra son gendre, et Marcel Dubois. C’est avec ce dernier qu’il fonde en 1891 la revue des Annales de géographie. Il y contribuera jusqu’à sa mort, non seulement par des articles de fond dont certains seront plus tard repris, parfois transformés, en volumes mais aussi par de nombreux comptes-rendus de lectures et des hommages  : il restera en effet toute sa vie attentif à la production et à l’évolution de la géographie avec un intérêt particulier pour les grands géographes allemands, notamment Ratzel dont la géographie politique retient son attention.

La géographie est surtout pour lui une question d’enseignement, ce dont témoigne la parution en 1885 de l’importante collection de cartes murales destinées aux élèves, complétées plus tard d’atlas qui sont toujours réédités aujourd’hui.

France: départements / Paul Vidal de La Blache. Paris,A. Colin, 1885. Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE AA-25. Gallica (BnF).

Le Tableau de la géographie de la France (1903) reste son livre le plus célèbre, toujours réédité. Il a été l’objet d’une remarquable étude critique sous la direction de Marie-Claire Robic.

Il s’agit d’ailleurs, on l’oublie trop souvent, du premier volume de l’Histoire de France depuis les origines jusqu’à la Révolution dirigée par Ernest Lavisse, Histoire qui comme l’indique son titre s’arrête à la Révolution. Le Tableau de la géographie de la France est donc essentiellement physique et s’attache à décrire et définir le territoire français dans ses limites, à « territorialiser la nation »  :

Vidal insiste sur ce qui est fixe et permanent, ce qui a pu induire une interprétation passéiste ou ruraliste  de son message3.

Ce livre fera beaucoup pour l’image d’un Vidal peu soucieux de la géographie humaine et sera pendant longtemps  « le modèle des descriptions de géographie régionale4 avec tout ce que cette expression peut parfois comporter de péjoratif ou de vieilli.

Mais à se focaliser sur ce titre on en oublie d’autres aspects essentiels des réflexions de Vidal que l’on trouve par exemple dans son article sur la géographie humaine, paru lui aussi en 1903 ou celui sur les régions françaises publié en en 1910. Ces textes montrent, comme les nombreux autres articles publiés par Vidal, une attention particulière à l’évolution du monde qui l’entoure, une prise en compte des problèmes contemporains et une réflexion sur le rôle que la géographie peut ou doit y jouer. C’est le cas de La France de l’Est (1917), livre presque oublié quand Yves Lacoste l’a réédité et présenté en 1994. Pour ceux qui en ignoraient jusqu’à l’existence, cet ouvrage est une découverte puisqu’il n’est « pas seulement un “ouvrage de circonstance”, c’est un grand livre de géographie politique », dans lequel Vidal d’efforce de montrer l’appartenance à la France des « territoires perdus ».

Le fait que cet ouvrage, comme le dit Yves Lacoste, « a été et est encore passé sous silence par la corporation des géographes » est symptomatique de l’image dans laquelle Vidal est enfermé : celle d’une géographie et d’un monde figés. Or la géographie de Vidal est une géographie en mouvement, qui évolue. Et son œuvre, comme celle de tous les géographes, est tributaire de l’époque et du contexte dans lesquels elle s’écrit. Sa postérité aussi. Elle est d’abord due à Emmanuel de Martonne qui réunit quelques-uns des derniers articles vidaliens dans un ouvrage posthume : Principes de géographie humaine (1922), tandis que Lucien Gallois assure la publication de la Géographie universelle dont Vidal de La Blache n’avait pu faire que le plan.

Principes de géographie humaine / P. Vidal de La Blache ; Paris : A. Colin, 1922. Dptmt Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-G-10919

Et si « pendant pratiquement cinquante ans, Vidal de La Blache fut considéré comme le père incontesté de la géographie française […] les années 60 ont vu cette façade se lézarder et la rupture se manifester contre l’héritage de cette école5 ».  Pourtant, dans ses entretiens avec Jean-Louis Tissier, Julien Gracq dit toute l’admiration et l’affection qu’il a pour le Tableau de la géographie de la France :

Je le relis de temps en temps, il n’a pas vieilli, il est devenu historique, c’est autre chose. Ce livre me touche aussi beaucoup parce qu’il n’y a pas ici insensibilité en face des paysages géographiques. L’auteur se laisse toucher, il a une réaction affective. Il parle de la tristesse que l’on a à quitter les paysages du Midi, très marqués, très ensoleillés pour aller vers les horizons du Nord. Comme je ressens les paysages de manière assez nette dans ce sens, cela m’est sympathique6.

=> Pour aller plus loin :

  1. André-Louis Sanguin, Vidal de La Blache : 1845-1918 : un génie de la géographie. Paris, Belin, 1993. []
  2. Un géographe de plein vent : Albert Demangeon, 1872-1940. Paris, éditions des Cendres, 2018, en cours d’acquisition. Catalogue de l’exposition présentée à la Bibliothèque Mazarine, préface de Yann Sordet, textes de Nicolas Ginsburger, Patrick Latour, Marie-Claire Robic, Denis Wolff []
  3. Voir Le “Tableau de la géographie de la France” de Paul Vidal de La Blache  : dans le labyrinthe des formes / sous la dir. de Marie-Claire Robic. Paris, CTHS, 2000. []
  4. Voir Yves Lacoste, “A bas Vidal … viva Vidal ! », Hérodote : stratégies, géographies, idéologie, octobre 1970. []
  5. Dictionnaire de la géographie et l’espace des sociétés sous la direction de Jacques Lévy et Michel Lussault, Nouvelle édition revue et augmentée. Paris, Belin, 2013. []
  6. Julien Gracq, Œuvres complètes. II . Paris, Gallimard, 1995. []

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

RetroNews pour les historiens (Partie II. A la découverte des fonctionnalités avancées)

Lancé en mars 2016, le site RetroNews  offre un accès inédit à trois siècles de presse francophone. Le fonds actuel de cinq millions de pages augmentera de 7 millions de pages supplémentaires au cours de l’année 2018 et constituera ainsi la base  de presse francophone la plus riche du monde.

Bien sûr, l’utilité d’une collection si vaste doit être mesurée par sa  capacité à diriger le chercheur vers des résultats pertinents. Des fonctionnalités offrant une recherche fine sont donc de première importance pour permettre une valorisation du fonds de RetroNews. Après avoir découvert les fonctionnalités du site (voir partie I), nous allons présenter ici le mode recherche avancée du site, qui permet une requête ciblée en peu de clics.

Continuer la lecture de RetroNews pour les historiens (Partie II. A la découverte des fonctionnalités avancées)

Philipp Leu

Philipp Leu, chargé de sélection et de valorisation presse chez BnF Partenariats pour le site RetroNews.

More Posts

RetroNews pour les historiens (Partie I. A la découverte du site)

Billet de Philipp Leu (RetroNews)

RetroNews, site de la Bibliothèque nationale de France (BnF), repose sur un modèle freemium : l’accès aux documents et à la recherche simple sont gratuits, mais pour profiter des fonctionnalités avancées, il est nécessaire de souscrire à un abonnement payant. Néanmoins, dans les salles de lecture de la BnF, on accède à l’intégralité des fonctionnalités proposées par le site – sur simple inscription.

=> Pour profiter d’un accès premium à RetroNews depuis les salles de lecture, connectez-vous au réseau Internet de la BnF par connexion filaire ou wifi. Sur le site www.retronews.fr, créez un compte gratuit, ou connectez-vous à votre compte. Le site reconnait automatiquement que vous êtes dans l’enceinte de la BnF et affiche une notification, vous disant que vous naviguez désormais en mode premium.

 Lancé avec les principaux quotidiens généralistes, Retronews.fr offre aujourd’hui 30 millions d’articles, issus de plus de 200 journaux publiés entre 1631 et 1945, et s’enrichit  chaque mois de nouveaux titres de presse régionale, coloniale et spécialisée.

Dès l’origine, la mission principale n’était pas seulement de mettre à disposition une base de documents, mais d’offrir une interface de lecture intuitive et souple proposant des outils de travail puissants et innovants pour le chercheur, ainsi qu’une recherche avancée (voir le prochain billet).

Ce billet est consacré aux fonctionnalités du lecteur RetroNews.

Continuer la lecture de RetroNews pour les historiens (Partie I. A la découverte du site)

Philipp Leu

Philipp Leu, chargé de sélection et de valorisation presse chez BnF Partenariats pour le site RetroNews.

More Posts

Gallica pour les historiens (Partie III. Les recherches plus complexes)

Dans les précédents billets portant sur Gallica et les historiens, nous avons flâné (partie I), découvert des itinéraires, feuilleté des pages et des pages, mené des recherches simples et enregistré leurs résultats (partie II). Forts de ces rudiments, nous pouvons désormais mener des recherches plus complexes.

Continuer la lecture de Gallica pour les historiens (Partie III. Les recherches plus complexes)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Gallica pour les historiens (Partie II. Quelques conseils pratiques)

Dans un précédent billet, nous avons vu comment voyager des jours entiers grâce à Gallica et au blog Gallica … De ces périples, le gallicanaute aime à rapporter des souvenirs, voire à partager en direct les plus délicieuses de ses découvertes. Il peut souhaiter aussi revenir à des documents particulièrement intéressants. Ce billet se veut donc un guide pour aider les historiens et les férus d’histoire à tirer pleinement profit des fonctionnalités de Gallica.

Continuer la lecture de Gallica pour les historiens (Partie II. Quelques conseils pratiques)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts