Étiqueté : Humour

0

Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie III)

Dans le précédent billet, nous avons vu que la période allant de la réception de deux premières femmes cochères au renoncement de plusieurs d’entre elles à cette profession correspondait étroitement au temps du Carnaval parisien. D’autres constats sont tout aussi étonnants : une mystérieuse comtesse devenue cochère publie ses souvenirs...

2

Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie II. Masque ou voilette ?

En 1918, le corps médical préconise le port du masque ou de la voilette contre la grippe espagnole. Une telle incitation était-elle naïve ou simplement maladroite ? Dans l’imaginaire collectif, le masque comme la voilette renvoyaient en effet aux fantasmes les plus variés. De surcroît, le traumatisme des masques à...

1

Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie III. Le fiasco du masque (et de la voilette !)

Dans le précédent billet, nous avons vu que lors de la pandémie de grippe de 1918-1919 les médecins ont proposé le port d’un masque ou d’une voilette aseptique pour se prémunir de la contagion. Présentée avec maladresse, cette préconisation est d’autant moins acceptée que masques et voilettes renvoient à un...

3

L’humour face aux épidémies – Partie IV. Epidémie d’épidémies et inconscient collectif

Ce quatrième et dernier texte de la série “humour et épidémies” se propose d’explorer quelques thématiques repérées lors des recherches pour les précédents billets, qui me paraissent éclairer certaines des interrogations actuelles quant à notre inconscient collectif face à une pandémie. Rires et sarcasmes, mécanismes de défense profondément enfouis, se...

4

L’humour face aux épidémies – Partie III. Au plus fort de la pandémie de grippe (1918-1919)

  Dans le précédent billet, nous avons vu comment la grippe de 1918-1919 suscite tout d’abord dans une partie de la presse française des réactions de bravade ou d’incrédulité quant à sa gravité possible. Les premiers sourires, rires et chansons, cristallisent autour du nom donné à cette grippe, qui de...

2

L’humour face aux épidémies – Partie II. Rire au moment où se conjuguent la Grande Guerre et la grippe dite espagnole (1918)

La pandémie de grippe de 1918 et 1919 aurait fait entre 28 et 50 millions de morts dans le monde, dont 240 000 en France1. Pour autant, il y eut au début de cette pandémie des chansons et des caricatures. Inconscience ? Mauvais goût ? Peut-être, mais plus sûrement tentatives...

0

Les images ont parlé ! Ce qu’attendaient ces touristes …

Vous deviez deviner pourquoi des touristes anglais étaient tour à tour déçus et choqués. Vous avez sans doute identifié le paysage parisien bouleversé par les démolitions liées aux travaux haussmanniens, et vu sur le second dessin des statues dont les formes dénudées choquaient ces prudes voyageurs. Mais à quoi s’attendaient-ils...

3

L’humour face aux épidémies – Partie I. Le Charivari, le choléra et la grippe entre 1832 et 1870

Des chansons, des dessins, des parodies, et bien d’autres,  fleurissent actuellement autour du coronavirus sur les réseaux sociaux. La stratégie de résistance via l’humour face aux différentes catastrophes n’est pas nouvelle. Ses formes évoluent en fonction des progrès techniques : la diffusion massive et immédiate aujourd’hui du rire (et parfois...

0

Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

Instituée à l’été 1855 après plus d’un demi-siècle d’hésitations (voir billet précédent), la taxe sur les chiens entre en vigueur en 1856. Elle doit être comprise entre un à dix francs et distingue deux classes de chiens, l’une dite d’agrément l’autre utilitaire.  Les législateurs ont prévu qu’elle rapporterait des sommes...

1

“Les filles de mémoire” : retenir les dates au XIXe siècle

Dans Bouvard et Pécuchet (édité de manière posthume en 1881), Flaubert bouscule gentiment les historiens du XIXe siècle. Au passage, il égratigne également les personnes qui s’évertuent à retenir les dates sans connaître la nature des événements correspondants, voire même sans certitude que les faits se soient produits et à...