Archives par mot-clé : humour

L’humour face aux épidémies – Partie IV. Epidémie d’épidémies et inconscient collectif

Adolphe Willette, « Enfin ! voici le choléra !! » in Pauvre Pierrot / A. Willette, 20 reproductions héliographiques ; [préfaces, Th. de Banville et Paul Arène], L. Vanier (Paris),1884. Gallica (BnF). Dessin initialement publié dans Le Chat Noir, 4 août 1883.

Ce quatrième et dernier texte de la série « humour et épidémies » se propose d’explorer quelques thématiques repérées lors des recherches pour les précédents billets, qui me paraissent éclairer certaines des interrogations actuelles quant à notre inconscient collectif face à une pandémie. Rires et sarcasmes, mécanismes de défense profondément enfouis, se mettent en branle devant l’idée d’épidémie, permettent de mieux supporter les mesures préventives et curatives et d’apprivoiser les craintes. L’humour est un moyen de mettre à distance la peur d’avoir peur (voir billet précédent), fonction parfaitement identifiée par les fabricants de rire et de sourire du XIXe siècle et du début du XXe siècle, qui en usent avec plus ou moins d’habileté. L’image satirique, le texte parodique, viennent en complément des contes et de la rémanence des expressions liées aux épidémies1.

Continuer la lecture de L’humour face aux épidémies – Partie IV. Epidémie d’épidémies et inconscient collectif

  1. Voir Jean Vitaux, « La rémanence de la peste dans l’imaginaire collectif », Histoire de la peste [sous la direction de Jean Vitaux], Presses Universitaires de France, 2010, pp. 149-187. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’humour face aux épidémies – Partie III. Au plus fort de la pandémie de grippe (1918-1919)

H. Armengol, « Naïveté« , Le Pêle-Mêle, 16 février 1919.

 

Dans le précédent billet, nous avons vu comment la grippe de 1918-1919 suscite tout d’abord dans une partie de la presse française des réactions de bravade ou d’incrédulité quant à sa gravité possible. Les premiers sourires, rires et chansons, cristallisent autour du nom donné à cette grippe, qui de « grippe des tranchées » devient rapidement une « grippe espagnole », et autour d’un traitement prophylactique et curatif parfois préconisé, consistant en grogs à base de rhum (voir billet précédent). Devant l’ampleur de la pandémie, l’humour s’éteint vite dans la presse généraliste, laquelle peut difficilement concilier des pages d’information sur la maladie et des blagues sur le même thème. L’heure n’est plus au rire. Si un journaliste du Figaro sourit encore devant une chanson qui voit Yvonne Printemps se transformer en « danseuse espagnole pour narguer la grippe1 », un de ses confrères du Gaulois s’indigne fin octobre 1918 : « Je voudrais aussi que certain couplet un peu macabre, ou plutôt charge d’atelier, sur la grippe espagnole et les maladies, fût coupé, car il est vraiment de trop douloureuse actualité2… » En revanche, la presse satirique continue à sourire, non pas de la grippe en elle-même et de ses ravages, mais des sujets qui lui sont associés : le thème des grogs perdure ; les masques étonnent ; les plus riches feignent d’être malades pour être dorlotés ou ont des comportements suprenants … Continuer la lecture de L’humour face aux épidémies – Partie III. Au plus fort de la pandémie de grippe (1918-1919)

  1. Régis Gignoux, « Les Premières – Théâtre du Vaudeville », Le Figaro, 2 novembre 1918. []
  2. Louis Schneider, « LES PREMIERES – Vaudeville. La Revue de Paris, revue en quatre actes, de MM. Sacha Guitry et Albert Willemetz« , Le Gaulois, 31 octobre 1918. Les revues de fin d’année racontaient les événements écoulés des derniers mois. « La grippe espagnole » était chantée dans ce spectacle par Yvonne Printemps : voir le programme de cette revue ici. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’humour face aux épidémies – Partie II. Rire au moment où se conjuguent la Grande Guerre et la grippe dite espagnole (1918)

La pandémie de grippe de 1918 et 1919 aurait fait entre 28 et 50 millions de morts dans le monde, dont 240 000 en France1. Pour autant, il y eut au début de cette pandémie des chansons et des caricatures. Inconscience ? Mauvais goût ? Peut-être, mais plus sûrement tentatives de résistance et résilience face à l’indicible. Voyons comment la presse satirique, et plus largement la presse, a essayé de sourire ou de rire de la grippe pour mettre la peur à distance, dans une période particulièrement difficile puisque la pandémie a coïncidé avec la fin de la Première Guerre mondiale. Au traumatisme des combats s’est donc superposé celui d’une pandémie, ennemi moins visible et identifiable, mais dont les dégâts s’opèrent de toutes parts, y compris à l’arrière.
Je propose donc ici, comme dans le billet précédent, une évocation des thèmes les plus saillants – du moins ceux que la censure a acceptés en 1918 … 2 – et/ou ayant une résonance particulière aujourd’hui. Face à l’ampleur de la pandémie de la « Grande Grippe3 », le rire a rapidement décru, comme le montrera un prochain billet.

Continuer la lecture de L’humour face aux épidémies – Partie II. Rire au moment où se conjuguent la Grande Guerre et la grippe dite espagnole (1918)

  1. Voir « Retour sur la grippe espagnole : ‘On pensait en avoir fini avec les grandes épidémies. Et patatras, 240 000 morts’ « , propos de Freddy Vinet recueillis par Florent Georgesco, Le Monde, 18 mars 2020. Freddy Vinet est l’auteur de La Grande Grippe. 1918. La pire épidémie du siècle, Paris, Vendémiaire, 2018. []
  2. Philippe Louis-Joseph Dugué dans  » La grippe espagnole, une pandémie embusquée ? » (Papiers Nickelés, La Revue de l’image populaire, septembre 2019) attribue en partie à la censure le peu d’images sur la grippe qu’il a rencontrées dans La Baïonnette, Le Canard enchaîné, Excelsior, Fantasio, L’Illustration, Le Journal, Le Rire rouge, Le supplément illustré du Petit Journal. []
  3. Freddy Vinet, op. cit. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Les images ont parlé ! Ce qu’attendaient ces touristes …

Vous deviez deviner pourquoi des touristes anglais étaient tour à tour déçus et choqués. Vous avez sans doute identifié le paysage parisien bouleversé par les démolitions liées aux travaux haussmanniens, et vu sur le second dessin des statues dont les formes dénudées choquaient ces prudes voyageurs. Mais à quoi s’attendaient-ils donc ? 

On leur avait en fait vendu ce qui s’appelait un  « train de plaisir »…

Dictionnaire de la langue française…. Tome 4 / par É. Littré, 1873. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Les images ont parlé ! Ce qu’attendaient ces touristes …

L’humour face aux épidémies – Partie I. Le Charivari, le choléra et la grippe entre 1832 et 1870

Des chansons, des dessins, des parodies, et bien d’autres,  fleurissent actuellement autour du coronavirus sur les réseaux sociaux. La stratégie de résistance via l’humour face aux différentes catastrophes n’est pas nouvelle. Ses formes évoluent en fonction des progrès techniques : la diffusion massive et immédiate aujourd’hui du rire (et parfois de son corollaire, la réprobation) n’est pas comparable à celle du XIXe siècle, ou du moins des traces que nous en avons grâce aux imprimés (presse, ouvrages, chansons, etc.), et aux archives. Mais les ressorts du rire n’ont guère varié : mécanisme de défense face à des situations que l’entendement gère mal, évacuation du trop plein d’émotions, stigmatisation des comportements jugés inadaptés ou menaçants pour la cohésion quand la maladie bouleverse en profondeur les liens sociaux…

Continuer la lecture de L’humour face aux épidémies – Partie I. Le Charivari, le choléra et la grippe entre 1832 et 1870

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

Nadar, « Les philosophes du jour », Petit Journal pour rire, 1856. n° 42. BnF, Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme. Cote : 4-LC2-3830.

Instituée à l’été 1855 après plus d’un demi-siècle d’hésitations (voir billet précédent), la taxe sur les chiens entre en vigueur en 1856. Elle doit être comprise entre un à dix francs et distingue deux classes de chiens, l’une dite d’agrément l’autre utilitaire.  Les législateurs ont prévu qu’elle rapporterait des sommes importantes aux communes, et permettrait de diminuer le nombre de chiens errants donc de lutter contre la rage alors meurtrière. Ils ont aussi argué que la nourriture consacrée aux chiens pourrait revenir  à des populations mal nourries. Les premières réactions de la presse en 1855 sont spéculatives : on a volontiers imaginé que les propriétaires allaient se débarrasser de leurs chiens. S’il semble en effet que certains d’entre eux ont  noyé ou abandonné leurs bêtes avant l’entrée en vigueur du nouvel impôt, les caricatures dépeignent surtout des stratégies de résistance des rétives et rétifs à la taxe mais  désireux de conserver leur animal. Cet écart  par rapport à une littérature réaliste qui s’est plus volontiers penchée sur l’élimination sordide des animaux1 montre une fois encore qu’on doit envisager la presse satirique comme une caisse de résonance plus subtile qu’il n’y paraît des mutations sociétales.

Continuer la lecture de Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

  1. Par exemple dans Les Contes de la Bécasse de Maupassant : « Elle n’avait nullement songé à l’impôt, et quand on lui réclama huit francs, – huit francs, Madame ! – pour ce freluquet de quin qui ne jappait seulement point, elle faillit s’évanouir de saisissement. Il fut immédiatement décidé qu’on se débarrasserait de Pierrot. » Voir Éric Baratay, « Chacun jette son chien. De la fin d’une vie au XIXe siècle », Romantisme, 2011/3 (n°153), p. 147-162. En ligne ici. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

« Les filles de mémoire » : retenir les dates au XIXe siècle

Les filles de Mémoire ou le Mnémoniste, vaudeville de Dieulafoy et Gersin : costume de Vertpré (Finmerle). Eau-forte de  Carle. Paris, Martinet, 1807. Gallica (BnF)

Dans Bouvard et Pécuchet (édité de manière posthume en 1881), Flaubert bouscule gentiment les historiens du XIXe siècle. Au passage, il égratigne également les personnes qui s’évertuent à retenir les dates sans connaître la nature des événements correspondants, voire même sans certitude que les faits se soient produits et à la date supposée… C’est l’occasion pour lui de tourner en ridicule la science mnémotechnique.

Qu’est-ce que la mnémotechnie ? Comment l’a-t-on appliquée à l’histoire au XIXe siècle ? Le succès a-t-il été au rendez-vous auprès du grand public et des spécialistes de la pédagogie ?

Continuer la lecture de « Les filles de mémoire » : retenir les dates au XIXe siècle

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts