Archives par mot-clé : masques

Faites parler les images ! qui est cet étrange personnage ?

Dans la lithographie ci-dessous, un immense personnage semble déchaîner les quolibets : saurez-vous l’identifier ? La légende est la suivante : « Oh ! c’te tête ! Ah ! la chianlili ! ah ! la chianli ! »

Premier indice : non, vous ne rêvez pas, le personnage est masqué !  Mais il ne s’agit pas d’un masque de protection contre la grippe ou le choléra (voir « Isolement et port du masque : la pédagogie de la caricature »  sur ce carnet de recherches) …

 

Deuxième indice : la marchande représentée dans l’estampe ci-dessous vend  des fruits. Cela vous devrait vous mettre sur la piste …

Troisième indice : et si vous relisiez L’Éducation sentimentale ? Flaubert y  évoque ce personnage caricaturé « en pâtissier, en saltimbanque, en chien, en sangsue » …

=> Vous pouvez feuilleter ci-dessous les premières pages du manuscrit de L’Éducation sentimentale grâce aux flèches …

 

 

L’humour face aux épidémies – Partie IV. Epidémie d’épidémies et inconscient collectif

Adolphe Willette, « Enfin ! voici le choléra !! » in Pauvre Pierrot / A. Willette, 20 reproductions héliographiques ; [préfaces, Th. de Banville et Paul Arène], L. Vanier (Paris),1884. Gallica (BnF). Dessin initialement publié dans Le Chat Noir, 4 août 1883.

Ce quatrième et dernier texte de la série « humour et épidémies » se propose d’explorer quelques thématiques repérées lors des recherches pour les précédents billets, qui me paraissent éclairer certaines des interrogations actuelles quant à notre inconscient collectif face à une pandémie. Rires et sarcasmes, mécanismes de défense profondément enfouis, se mettent en branle devant l’idée d’épidémie, permettent de mieux supporter les mesures préventives et curatives et d’apprivoiser les craintes. L’humour est un moyen de mettre à distance la peur d’avoir peur (voir billet précédent), fonction parfaitement identifiée par les fabricants de rire et de sourire du XIXe siècle et du début du XXe siècle, qui en usent avec plus ou moins d’habileté. L’image satirique, le texte parodique, viennent en complément des contes et de la rémanence des expressions liées aux épidémies1.

Continuer la lecture de L’humour face aux épidémies – Partie IV. Epidémie d’épidémies et inconscient collectif

  1. Voir Jean Vitaux, « La rémanence de la peste dans l’imaginaire collectif », Histoire de la peste [sous la direction de Jean Vitaux], Presses Universitaires de France, 2010, pp. 149-187. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’humour face aux épidémies – Partie III. Au plus fort de la pandémie de grippe (1918-1919)

H. Armengol, « Naïveté« , Le Pêle-Mêle, 16 février 1919.

 

Dans le précédent billet, nous avons vu comment la grippe de 1918-1919 suscite tout d’abord dans une partie de la presse française des réactions de bravade ou d’incrédulité quant à sa gravité possible. Les premiers sourires, rires et chansons, cristallisent autour du nom donné à cette grippe, qui de « grippe des tranchées » devient rapidement une « grippe espagnole », et autour d’un traitement prophylactique et curatif parfois préconisé, consistant en grogs à base de rhum (voir billet précédent). Devant l’ampleur de la pandémie, l’humour s’éteint vite dans la presse généraliste, laquelle peut difficilement concilier des pages d’information sur la maladie et des blagues sur le même thème. L’heure n’est plus au rire. Si un journaliste du Figaro sourit encore devant une chanson qui voit Yvonne Printemps se transformer en « danseuse espagnole pour narguer la grippe1 », un de ses confrères du Gaulois s’indigne fin octobre 1918 : « Je voudrais aussi que certain couplet un peu macabre, ou plutôt charge d’atelier, sur la grippe espagnole et les maladies, fût coupé, car il est vraiment de trop douloureuse actualité2… » En revanche, la presse satirique continue à sourire, non pas de la grippe en elle-même et de ses ravages, mais des sujets qui lui sont associés : le thème des grogs perdure ; les masques étonnent ; les plus riches feignent d’être malades pour être dorlotés ou ont des comportements suprenants … Continuer la lecture de L’humour face aux épidémies – Partie III. Au plus fort de la pandémie de grippe (1918-1919)

  1. Régis Gignoux, « Les Premières – Théâtre du Vaudeville », Le Figaro, 2 novembre 1918. []
  2. Louis Schneider, « LES PREMIERES – Vaudeville. La Revue de Paris, revue en quatre actes, de MM. Sacha Guitry et Albert Willemetz« , Le Gaulois, 31 octobre 1918. Les revues de fin d’année racontaient les événements écoulés des derniers mois. « La grippe espagnole » était chantée dans ce spectacle par Yvonne Printemps : voir le programme de cette revue ici. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts