Archives par mot-clé : patrimoine

Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie II. Les enjeux du regard)

Nous avons vu dans un précédent billet que le roman de Victor Hugo a modelé en 1831 un regard sur et depuis Notre-Dame de Paris. Un « regard à vol d’oiseau », amoureux de l’architecture de la cathédrale et du paysage contemplé depuis ses tours, curieux de la population parisienne et de ses misères. Le succès du roman a inévitablement entraîné l’imitation de ce type de regard comme le suggère narquoisement dès 1833 un compte-rendu par Le Charivari de La Tour de Monthléry de J.-P.-G. Viennet :
 
Quand le succès de Notre-Dame de Paris fut bien constaté, que ce fut une chose admise et convenue, que les vieilles tours eurent conquis leur droit de cité dans la littérature ; lorsque l’architecture fut définitivement agréée par le public lisant ; M. Viennet, député de l’Hérault, officier d’état-major et membre de l’Académie française, interrompit brusquement sa quarante-deuxième épopée à son vingt-sixième chant, jeta là le quatrième acte à peine terminé de sa quatre-vingt-dix-neuvième tragédie, lança un coup de pied tout au travers de son bagage d’épîtres familières, et courut se jucher sur la plus haute des tours de Saint-Sulpice, celle du Télégraphe ; et là, braquant une longue-vue au hasard, dans le vide, il avisa la tour de Montlhéry, dont il fit sur-le-champ sa propriété et sa chose1.
La popularité de Notre-Dame de Paris a durablement induit un changement de regard sur la cathédrale, et contribué à la fois à sa sacralisation laïque et au sacre de l’écrivain Hugo (voir billet précédent). Voyons si les différents événements du XIXe siècle postérieurs à la publication de ce roman ont modelé un nouveau regard sur et depuis la cathédrale, et de nouvelles façons de la visiter.

Continuer la lecture de Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie II. Les enjeux du regard)

  1. « La tour de Monthléry« , Le Charivari, 27 janvier 1833. La tour de Monthléry (Essonne) et l’église Saint-Sulpice accueillaient des tours du télégraphe Chappe. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie I. À vol d’oiseau)

Draner, «La province à Paris », Le Journal amusant, 20 août 1898. Gallica (BnF)

   Au XIXe siècle, la mode des voyages à destination de Paris est facilitée par les chemins de fer et avivée par l’attrait des Expositions universelles (1855, 1867, 1878, 1889 et 1900). Les progrès de l’imprimerie permettent la multiplication de guides de voyages, récits, ou autres ouvrages décrivant les lieux à visiter.  Dans ces livres, la cathédrale Notre-Dame tient une place particulière et de plus en plus importante au fil des décennies. Si l’influence du roman de Victor Hugo et du travail de Viollet-le-Duc est indéniable, il faut cependant se garder de simplifications réductrices sur leur réception. L’histoire des regards posés sur Notre-Dame est complexe. Monument national, « lieu de mémoire », édifice important pour la chrétienté, Notre-Dame est aussi prosaïquement au XIXe siècle une silhouette facilement identifiable des lieues à la ronde et l’un des endroits d’où l’on peut alors observer le panorama parisien.

Henriot, « La section des Lettres à l’Exposition de 1900 » [zoom sur la vignette concernant Victor Hugo], Le Journal amusant, 27 juillet 1895. Gallica (BnF).
Continuer la lecture de Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie I. À vol d’oiseau)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts