Archives par mot-clé : presse

Histoire croisée du Collège de France et de la Bibliothèque nationale de France : journée d’étude (14 juin 2021)

Journée d’étude organisée dans le cadre de « Passage des disciplines : histoire globale du Collège de France, XIXe-XXe siècle » par le professeur Antoine Compagnon, Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie et le Comité d’histoire de la Bibliothèque nationale de France.

=> On peut désormais voir les interventions de cette journée d’étude ici

Continuer la lecture de Histoire croisée du Collège de France et de la Bibliothèque nationale de France : journée d’étude (14 juin 2021)

Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie I)

Bobèche, « Les Colignettes« , La Lanterne, 12 mars 1907. Gallica (BnF).

 

En 1907, des Parisiennes obtiennent pour la première fois le droit de devenir cochers, si elles satisfont à un examen jusque-là  réservé aux hommes. À la préfecture de police, un jury masculin décerne le diplôme après avoir vérifié que les impétrant(e)s connaissent l’art de soigner les chevaux, les itinéraires pour se rendre d’un lieu à un autre, les différentes manœuvres dont la plus technique est le remisage des voitures. Cette nouveauté ne manque pas de passionner les badauds et la presse. Au XIXe siècle, on s’est esbaudi devant les bas-bleus, les premières bachelières, avocates, doctoresses et les premières revendications féministes, on a transformé les révolutionnaires de sexe féminin en Vésuviennes (1848), en mégères pétroleuses (1871). C’est dire si des femmes qui embrassent une profession virile ont alors toutes les chances de subir des moqueries… Virile ? Le fait de conduire semble en effet d’hier à aujourd’hui cristalliser les stéréotypes de la domination masculine supposée sur les femmes1. Embrasser une profession jusqu’alors occupée par des hommes, conduire, véhiculer des gens, dresser des animaux,  paraît alors une transgression aux yeux d’une grande partie de la population. Dans ses différents travaux, Juliette Rennes a montré le caractère exceptionnel de l’épisode : des femmes ont pu forger le projet de devenir cochères « aux portes d’une corporation non-mixte dans laquelle ni les employeurs ni les féministes ne les incitaient à pénétrer », grâce à « la création, en mai 1906, de l’École des cochers et des charretiers, fondée par une petite société de bienfaisance, l’Assistance aux animaux […] branche dissidente de la plus ancienne et visible Société protectrice des animaux2 ». L’auteure a recensé  pour la seule période allant de novembre 1906 (première annonce de la préparation de l’examen de cocher par des femmes) à avril 1907 (seconde promotion de femmes cochers), plus de 200 articles, tout autant de cartes postales, des films et des objets. Nous nous intéresserons ici à l’accès de fièvre satirique qui a accompagné voire devancé ce barnum médiatique3. Humoristes, dessinateurs, journalistes en quête de bons mots, sont alors en très grande majorité des hommes. S’ils ne sont pas nécessairement phallocrates, ils n’ont pu le plus souvent s’empêcher de contribuer à une fièvre machiste, ou du moins d’en souligner les stéréotypes afin de complaire à un public friand (ou supposé friand ?) de ce type de blagues. Continuer la lecture de Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie I)

  1. Voir le rapport 2016 du Sénat en ligne : « Sur les femmes et l’automobile : un enjeu de lutte contre la précarité, d’orientation professionnelle et de déconstruction des stéréotypes ». []
  2. Juliette Rennes, « Cochères parisiennes, le risque en spectacle », Travail, genre et sociétés, 2016/2 (n° 36), p. 37-59. []
  3. Voir sur Retronews l’écho de presse de Marina Bellot : « La première femme cochère de France, événement inouï pour les Parisiens ». []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Les images ont parlé ! Mais qu’attendent-ils ?

Vous deviez deviner pourquoi ces gens attendaient sous un arbre1. Les différents indices donnés par la devinette (à (re)voir ici) convergeaient vers des châtaigniers et des marronniers à Paris et en région parisienne. La dernière image évoquait le printemps et comportait la date du 20 mars. Continuer la lecture de Les images ont parlé ! Mais qu’attendent-ils ?

  1. Vous retrouverez cette image ici dans Gallica. La légende – que nous ne pouvions vous donner dans la devinette ! – est : « Marronnier du 20 mars. – Le gendarme : eh ! le marronnier ? Sortez donc vos feuilles d’identité ? S.V.P. ? ». []

Ressources autour de la Commune (1871)

À l’occasion des 150 ans de la Commune de Paris, nous vous proposons de découvrir les ressources de la BnF, des focus sur des thématiques précises, ainsi qu’une sélection de sites et blogs consacrés totalement ou en partie à ces 72 jours qui ont marqué l’histoire et les mémoires.

Le 10 juin 2021, se tiendra  à la BnF une journée d’étude (« Nommer et raconter la Commune ») dont le programme est en ligne ici.

Continuer la lecture de Ressources autour de la Commune (1871)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Les animaux dans la Grande Guerre – Partie III, Les « bêtes des tranchées », de la reconnaissance à la mémoire

Pour les hommes comme pour les animaux, la démobilisation ne marque pas la fin des épreuves. Le bilan humain de la Première Guerre mondiale est particulièrement désastreux en France, les pénuries persistent et il faut reconstruire. Des millions de soldats et de bêtes doivent être évacués des zones de combat pour retrouver la vie civile ; beaucoup de « poilus » à quatre pattes ou deux ailes voient leur parcours s’arrêter là. Pour les survivants, honorer les morts et commémorer batailles et victoire devient vite une priorité.

 « Soldats » (voir le billet 1) ou compagnons de misère (voir le billet 2), les animaux ont compté pour les hommes, et beaucoup d’anciens combattants, marqués par ce qu’ils ont vu et vécu à leurs côtés, souhaitent qu’un hommage leur soit rendu après la guerre. Pourtant les « bêtes des tranchées », d’abord associées par une part importante de la population française au souvenir des souffrances et des sacrifices imposés par la guerre, ont peu à peu disparu de la mémoire collective du conflit, jusqu’à la redécouverte récente de leur omniprésence, de leur rôle stratégique et de leurs « vécus oubliés1 ».

Pourquoi cet oubli, et comment les « chemins de mémoire » ont finalement conduit historiens amateurs et professionnels à rappeler leur importance, et à leur suite d’autres acteurs, institutionnels, associatifs ou particuliers, à l’approche des commémorations du Centenaire de la Grande Guerre, c’est ce que nous tenterons d’interroger dans un second temps. Continuer la lecture de Les animaux dans la Grande Guerre – Partie III, Les « bêtes des tranchées », de la reconnaissance à la mémoire

  1. Cette expression est utilisée par Éric Baratay : Bêtes des tranchées : des vécus oubliés, Paris, CNRS éd., impr. 2013. []

Patricia Hodiesne

Gestionnaire de collections en histoire au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Une « industrie fort connue » : le couronnement des rosières (Partie III. La chasteté en question au XIXe siècle)

« Le Mollet de la Rosière » : chansonnette : piano [et chant] / musique de Emile Bouillon ; paroles de Lucien Delormel ; [ill. par] Henriot. Société anonyme (Paris), 1889. Gallica (BnF).

Nous avons vu dans un précédent billet (à lire ici) que la fête de la rosière de Salency, mise à la mode par la Comtesse de Genlis en 1766, connut une grande fortune dans les arts et ce jusqu’à la Cour de Versailles. Ce succès national a sans doute incité le prieur de Salency à pousser sa paroisse jusqu’au procès contre son seigneur qui désirait présider au choix de la rosière et conserver au couronnement sa tradition de simplicité. Le Parlement de Paris ayant donné raison à Salency contre son seigneur en 1774, le couronnement, désormais fixé avec un cérémonial plus imposant et plus religieux, mais relevant aussi davantage du spectacle divertissant, a connu diverses imitations en Normandie, région parisienne, etc.  La Révolution puis l’Empire ont entraîné la disparition de certaines de ces fêtes et le remodelage d’autres. Les couronnements de rosières ont ensuite constitué un enjeu entre les conservateurs cléricaux et les Républicains : dans la seconde moitié du XIXe siècle, on assiste à une floraison de fêtes de la rosière. Le phénomène passionne les érudits locaux et ethnologues, devient un véritable marronnier pour la presse, et inspire la satire et le travestissement. C’est à l’aune de ces parodies qu’il faut relire par exemple le célèbre « Rosier de Madame Husson » …

Continuer la lecture de Une « industrie fort connue » : le couronnement des rosières (Partie III. La chasteté en question au XIXe siècle)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Les images ont parlé ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Dans un précédent billet (que vous pouvez (re)lire ici), le Blog Histoire vous a présenté une série de 9 vignettes, issue de La Petite République, qui avait provoqué un beau tollé  en 1882. En effet, l’Assemblée nationale y était présentée comme une bande d’élèves indisciplinés et irrespectueux. Leur « professeur », Gambetta, ne rétablissait le calme qu’en prononçant la dissolution de la Chambre. L’auteur des vignettes, le caricaturiste Pépin, était soupçonné de maladresse, voire de participer à une orchestration politique. Certains journaux insinuaient en effet que La Petite République, dont l’un des actionnaires majoritaires était Gambetta en personne, ne pouvait avoir publié ces dessins que par goût du césarisme… Continuer la lecture de Les images ont parlé ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Faites parler les images ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Le thème des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2018 sera la puissance des images. Et si on s’entraînait un peu ?!

Il est fréquent dans la presse du XIXe siècle de relayer, commenter, voire de « sous-titrer »  de manière sarcastique les images publiées par d’autres supports. Le carnet de recherches L’Histoire à la BnF vous propose de découvrir aujourd’hui cet usage à travers une série de 9 vignettes, « Le pensionnat Bourbon », publiée le 5 février 1882 dans le supplément de La Petite République.

Continuer la lecture de Faites parler les images ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Dans un précédent billet, j’évoquais le charivari orchestré à partir des idées des socialistes « utopiques » de 1848, et comment il s’est concentré autour de Cabet, Considerant, Leroux et Proudhon. Ces quatre « meneurs », désormais accompagnés de symboles récurrents comme la queue terminée par un œil de Considerant, ou par exemple  la redingote crasseuse et le peuplier de Leroux, obtiennent dans la presse satirique une place proportionnelle à leur présence à l’Assemblée et/ou à leurs écrits dont l’inventivité stimule parodie et imagination. Nous verrons dans ce billet comment les caricaturistes oscillent entre stigmatisation et sacralisation des utopistes, allant jusqu’à présenter leurs écrits comme une nouvelle religion.  Puis nous nous demanderons de qui ou de quoi l’on se moque précisément dans ces caricatures.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Découvrez les Jeanne d’Arc de papier du XIXe siècle

« Hippodrome. Jeanne d’Arc, pantomime équestre à grand spectacle ». Affiche de Jules Chéret, 1881. Gallica (BnF)

En 2012, lors de son introduction orale au colloque « Jeanne d’Arc : histoire et mythes », Gerd Krumeich insistait sur un véritable clivage qui a partagé la société française à la fin du XIXe siècle :

Sait-on encore aujourd’hui que la “bataille Jeanne d’Arc” fut, vers 1900, après l’Affaire Dreyfus, le litige qui séparait le plus les Français ? Dans le culte de la Pucelle, le nationalisme de gauche et le nationalisme de droite s’affrontèrent d’une façon irréconciliable. Pour les uns, Jeanne fut la Vénérable, la Sainte de la Patrie ; pour les autres, elle fut l’héroïne nationale, trahie par son roi et brûlée par l’Église1.

Accompagnant la maturation de ce litige, une véritable déferlante éditoriale a balayé le XIXe siècle, produisant des centaines de Jeanne d’Arc et de « Pucelles » de papier. Historiens, hommes d’Église, romanciers, dessinateurs, musiciens, etc., ont rivalisé au gré des évènements politiques et des polémiques pour raconter leur Jeanne d’Arc : de l’« l’héroïne nationale » sous la plume de Michelet, à la « sainte guerrière » dont Monseigneur Dupanloup dresse de vibrants panégyriques et réclame la canonisation, ces Jeanne d’Arc du XIXe siècle sont bien éloignées de La Pucelle d’Orléans de Voltaire. L’analyse de la construction de ces mythes, de leur emploi et de leurs résonances jusqu’à aujourd’hui dans le monde politique a été  menée par différents historiens2.

Continuer la lecture de Découvrez les Jeanne d’Arc de papier du XIXe siècle

  1. Jean-Patrice Boudet et Xavier Hélary, Introduction à Jeanne d’Arc : histoire et mythes,  Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2014. Gerd Krumeich est l’auteur de Jeanne d’Arc à travers l’histoire [Jeanne d’Arc in der Geschichte, trad. de l’allemand], Paris : A. Michel, 1993. []
  2. Aux ouvrages récents déjà cités, ajoutons entre autres Jeanne d’Arc : vérité et légendes par Colette Beaune, 2008; Philippe Contamine, Jeanne d’Arc : histoire et dictionnaire, 2011; Jeanne d’Arc entre la terre et le ciel du Midi  : regards méridionaux sur la bonne Lorraine, XVe-XXIe siècles [Christian Amalvi et Julie Deramond, dirs.], 2012; De l’hérétique à la sainte : les procès de Jeanne d’Arc revisités : actes du colloque international de Cerisy [édités par François Neveux], 2012 ; Jeanne d’Arc au XXe siècle : art, histoire, politique, colloque du 1er décembre 2012, Paris; De Domrémy à Tokyo [actes du colloque universitaire international, Domrémy et Vaucouleurs, 2012, sous la direction de Catherine Guyon, Magali Delavenne]; Jeanne politique : la réception du mythe de Voltaire aux Femen : « la pitié qu’il y avait au royaume de France » [sous la direction de Vincent Cousseau, Florent Gabaude, Aline Le Berre], 2017. On pourra compléter ces quelques références bibliographiques par les liens donnés par le site Clioweb []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts