Archives par mot-clé : Rabelais

Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie II. Les enjeux du regard)

Nous avons vu dans un précédent billet que le roman de Victor Hugo a modelé en 1831 un regard sur et depuis Notre-Dame de Paris. Un « regard à vol d’oiseau », amoureux de l’architecture de la cathédrale et du paysage contemplé depuis ses tours, curieux de la population parisienne et de ses misères. Le succès du roman a inévitablement entraîné l’imitation de ce type de regard comme le suggère narquoisement dès 1833 un compte-rendu par Le Charivari de La Tour de Monthléry de J.-P.-G. Viennet :
 
Quand le succès de Notre-Dame de Paris fut bien constaté, que ce fut une chose admise et convenue, que les vieilles tours eurent conquis leur droit de cité dans la littérature ; lorsque l’architecture fut définitivement agréée par le public lisant ; M. Viennet, député de l’Hérault, officier d’état-major et membre de l’Académie française, interrompit brusquement sa quarante-deuxième épopée à son vingt-sixième chant, jeta là le quatrième acte à peine terminé de sa quatre-vingt-dix-neuvième tragédie, lança un coup de pied tout au travers de son bagage d’épîtres familières, et courut se jucher sur la plus haute des tours de Saint-Sulpice, celle du Télégraphe ; et là, braquant une longue-vue au hasard, dans le vide, il avisa la tour de Montlhéry, dont il fit sur-le-champ sa propriété et sa chose1.
La popularité de Notre-Dame de Paris a durablement induit un changement de regard sur la cathédrale, et contribué à la fois à sa sacralisation laïque et au sacre de l’écrivain Hugo (voir billet précédent). Voyons si les différents événements du XIXe siècle postérieurs à la publication de ce roman ont modelé un nouveau regard sur et depuis la cathédrale, et de nouvelles façons de la visiter.

Continuer la lecture de Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie II. Les enjeux du regard)

  1. « La tour de Monthléry« , Le Charivari, 27 janvier 1833. La tour de Monthléry (Essonne) et l’église Saint-Sulpice accueillaient des tours du télégraphe Chappe. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts